Accueil > > Notice film > quitter le parcours  
  Séance : Mercredi 11 décembre, 20h30, en présence de Léonard Keigel  
  Leviathan  
 

Leviathan
© Léonard Keigel / Collection CNC

 

Numéro de visa : 24574
Année de production : 1961
Année de sortie origine : 1962
Date de sortie en France : 13 avril 1962
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Type de métrage : Long
Métrage d'origine : 2630
Durée d'origine : 98

Réalisation : Léonard Keigel
Scénario et adaptation : Léonard Keigel ; René Gérard
Dialoguiste : Julien Green
Auteur de l'oeuvre originale : Julien Green
Compositeur de la musique : Arnold Schoenberg
Directeur de la musique : Jascha Horenstein
Directeur de la photographie : Nicolas Hayer
Décorateur : Antoine Mayo
Créateur des costumes : Roger Harth
Chef monteur : Armand Psenny
Ingénieur du son : Louis Hochet:
Studio : Eclair
Société de production : Films du Valois
Producteur : Pierre Jourdan
Directeur de la production : Léopold Schlossberg

Comédiens :
Georges Wilson ; Louis Jourdan ; Lilli Palmer ; Marie Laforêt ; Madeleine Robinson ; Nathalie Nerval ; Florence Landon ; Patrick Monneron ; Georgette Peyron ; Georges Audoubert ; Jeanne Hardeyn ; Edouard Francomme ; Jimmy Perrys

Forme de l'oeuvre adaptée : Roman
Titre de l'oeuvre adaptée : Leviathan
Genre général : Fiction
Genre précis : Drame

Copie neuve

Paul Guéret et sa femme Marie sont installés depuis peu à Lorges. Pour gagner sa vie, Paul donne des leçons particulières au fils de Monsieur et Madame Grosgeorges, les riches châtelains de la région. Les Grosgeorges sont un couple désuni. Malgré son apparence sévère, Madame Grosgeorges ne semble pas insensible aux charmes du jeune professeur. Paul, de son côté, épie Angèle, une jeune blanchisseuse. Madame Londe, la tante d’Angèle, est propriétaire d’un petit restaurant. C’est une entremetteuse qui se sert d’Angèle pour attirer la clientèle ; par son entremise, tous les hommes se disputent la jeune fille. Lors d’un rendez-vous avec Angèle, Paul lui déclare son amour. Elle se refuse à lui. Paul, fou de jalousie, brûlant de désir et connaissant la vie dissolue d'Angèle, la frappe sauvagement au visage et la viole. Au cours de sa fuite, Paul bouscule sur son chemin un vieillard et le tue accidentellement. Convaincu d’avoir tué Angèle, il mène maintenant la vie d’un homme traqué. Mais Angèle n’est pas morte. Défigurée, elle refuse de donner le nom de son agresseur. Paul rencontre de nouveau Angèle, qui, malgré tout ce qui s’est passé, accepte de partir avec lui. Paul consent à accepter l'aide de Madame Grosgeorges. Quand celle-ci apprend que l’argent qu’elle donne à Paul est destiné à sa fuite avec Angèle, elle prévient la police, puis se tire une balle dans la poitrine. Paul est arrêté. Chez Madame Londe, Angèle, en proie au délire, crie le nom de son amant.

Film déposé aux Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)