Accueil > > Notice film > quitter le parcours  
  Séance : Lundi 16 décembre, 16h  
  Donnez-moi dix hommes désespérés  
 

Donnez-moi dix hommes désespérés
© FIlms distribution / Collection CNC

 

Numéro de visa : 23834
Année de production : 1961
Année de sortie origine : 1964
Date de sortie en France : 30 septembre 1964
Pays de production : France, Israël

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Type de métrage : Long
Métrage d'origine : 2653
Durée d'origine : 96

Réalisation : Pierre Zimmer
Conseiller à la réalisation : Moshé Mizrahi
Scénaristes : Pierre Zimmer ; Alain Kaminker
Adaptation et dialogues : Pierre Zimmer ; Jacques Lanzmann ; A. Tudal
Compositeur de la musique : Yohanan Zaraï
Directeur de la photographie : André Dumaître
Décorateur : Roger Briaucourt
Chef monteur : James Cuénet
Sociétés de production : Cila Films ; Como Films ; Films du Chapiteau ; Israël Film Production
Producteur : Samy Halfon
Directeur de la production : Emile Breysse

Comédiens :
Gila Almagor ; Pascale Audret ; Catherine Berg ; Philippe Clair ; Beniahou Cohen ; Scott Finch ; Claude Kipnis ; Francis Lax ; Jacques Riberolles ; Maurice Sarfati ; Oded Teomi ; Abraham Tsouri ; Nourit Ganz ; Mikha Navon ; Olivier Hussenot

Genre général : Fiction
Genre précis : Drame

Lieu de tournage : Israël

En 1946, un groupe de treize jeunes juifs, venus de tous les points du monde et ayant souffert de persécutions, décide de fonder un kibboutz dans le désert du Neguev, en Palestine sous mandat britannique.
Avec le soutien des communautés implantées à Jérusalem, les pionniers édifient les premières installations, forent un puits et épierrent le terrain. Ils parviennent à s'entendre, avec le campement arabe tout proche comme avec les Anglais, mais doivent également apaiser les tensions au sein du groupe et surmonter le découragement.
David, le chef du groupe, tombe amoureux de Sara, une jeune fille qu’il a connue à Jérusalem. Mais cette dernière ne peut s’abandonner à l’amour qu’elle éprouve en retour car, contrainte par les nazis à la prostitution, elle est convaincue que ses souillures passées sont ineffaçables, et meurt désespérée.
Le vote à l’ONU de la création de l’Etat d’Israël marque la fin de la clandestinité pour les pionniers, et la promesse de nouveaux kibboutz à fonder.

Grand prix de la jeunesse au festival de Berlin en 1962

Film déposé aux Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)