Accueil > > Notice film > quitter le parcours  
  Séance : Samedi 14 décembre, 18h  
  La Belle vie  
 


© Succession Robert Enrico / Collection CNC

 

Numéro de visa : 26114
Année de production : 1962
Année de sortie origine : 1964
Date de sortie en France : 22 janvier 1964
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Type de métrage : Long
Métrage d'origine : 2954
Durée d'origine : 107

Réalisation : Robert Enrico
Scénariste : Robert Enrico
Dialoguiste : Maurice Pons
Compositeur de la musique : Henri Lanoë
Directeur de la photographie : Jean Boffety
Décorateur : François de Lamothe
Chef monteuse : Denise de Casabianca
Assistants monteurs : Jacqueline Meppiel ; Danielle Grimberg ; Françoise Geissler
Montage son :
Ingénieur du son : Pierre Vuillemin
Société de production : Les Films du Centaure
Producteurs : Paul de Roubaix ; René Aulois
Directeur de la production : Paul de Roubaix

Comédiens :
Frédéric de Pasquale ; Josée Steiner ; Odile Geoffroy ; Françoise Giret ; Lucienne Hamon ; Grigori Chmara ; Nane Germon ; Nicole Dessailly ; Alice Reichen ; Anfré Zibral ; Jean-Pierre Lituac ; Odette Piquet ; Aline Bertrand ; Italo Bettiol ; Marc Eyraud ; Stéphane Fey ; Pierre Frag ; Jacques Lalande ; Michel Laubreaux ; Edwine Moatti ; Philippe Moreau ; Jacques Ramade ; Jacqueline Rivière ; Jacques Seiler ; Jacqueline Staup ; Roger Jacquet

Genre général : Fiction
Genre précis : Comédie dramatique

Lieu de tournage : Paris

Libéré du service militaire après vingt-sept mois en Algérie, Frédéric rentre à Paris. Il a hâte d’oublier ce qu’il a vécu, de reprendre son métier de photographe et de se marier. C’est "la belle vie". Il se marie donc avec Sylvie, son amie d’enfance, et un ami leur offre un luxueux voyage de noces sur la Côte d’Azur. C’est toujours la belle vie, mais le travail est difficile à trouver, et la vie conjugale dans la mansarde que Frédéric occupait avant son mariage n’est pas facile. Son caractère s’aigrit et sa colère éclate le soir où Sylvie lui annonce qu’elle attend un bébé. Par lassitude, il la trompe avec une ancienne camarade, mais le regrette aussitôt. Au hasard des expédients dont il vit, divers événements le replongent dans son obsession de la violence. Et voici que, du jour au lendemain, il décroche de gros contrats dans la photo publicitaire. Il trouve un appartement et Sylvie et lui pendent joyeusement la crémaillère. C’est enfin et pour de bon la belle vie, mais, le lendemain matin, des gendarmes sonnent à la porte : Frédéric est rappelé sous les drapeaux.

Prix spécial du jury des Rencontres Internationales de la Jeunesse - Cannes 1964
Prix Jean Vigo 1964

Film et bande annonce déposés aux Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)