> quitter le parcours
  Le cyclisme dans le cinéma - Notices des longs métrages  
 
 
   
 
> présentation du corpus
> voir les notices des courts métrages
 
  Le Roi de la pédale  
 

Numéro de visa : 83575
Année de production : 1925
Année de sortie origine : 1925
Date de sortie en France : 16/10/1925
Pays de production : France

Procédé image : Noir et Blanc + Couleur
Classification sonore : Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 6000 m

Forme de l'oeuvre adaptée : Roman
Genre général : Fiction
Genre précis : Comédie dramatique
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : Maurice Champreux
Société de production : Société des Etablissements Gaumont

Auteurs de l'oeuvre originale : Paul Cartoux ; Henri Decoin
Opérateur : Léon Morizet
Comédiens : Georges Biscot ; Blanche Montel ; Jean Murat ; Bouboule ; Henri-Amédée Charpentier ; Jeanne Marie-Laurent ; Émile Vervet ; Georgette Lhéry ; Henriette Clairval-Terot ; Demanne ; Pierard

Le Roi de la pédale
© Gaumont

Résumé : Film en six époques.
Passionné de vélo, Fortuné Richard se fait renvoyer pour avoir abandonné son poste de groom et rejoint une course qui passait devant le Négresco. En cherchant du travail, il trouve un portefeuille et le rapporte à son propriétaire. Son honnêteté lui vaut de trouver un emploi à Paris, chez Pierard, un fabricant de cycles. Mais il doit composer avec  Bonbonne, le contremaître, qui ne l’aime pas et les complots menés par Jacquemard, le coureur vedette de la firme. Fortuné réussit à prendre part au Tour de France, qu’il gagne, malgré la fourberie de certains participants. Pour le plus grand bonheur de sa mère et sa petite soeur, il épouse la jolie Suzanne, fille de son directeur.

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Hardi les gars ou Le facteur du Tour de France  
 

Autres titres : "Hardi les gars" ou Le facteur du Tour de France, Le Facteur du Tour de France
Numéro de visa : 95774
Année de sortie origine : 1931
Date de sortie en France : 07/11/1931
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Procédé sonore : Radio-Cinéma
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2550 m
Durée d'origine : 93 min

Genre général : Fiction
Genre précis : Comédie

Réalisation : Maurice Champreux
Société de production : GFFA - Gaumont - Franco Film – Aubert

Scénariste : Gaston Bénac
Compositeur de la musique : Albert Chantrier
Auteur des chansons : René Nazelles
Directeurs de la photographie : Parguel ; Duverger ; Armenise
Studio : GFFA - Gaumont Franco Film Aubert

Comédiens : Georges Biscot ; Jeanne Cheirel ; Mona Goya ; Henri Kerny ; Paul Menant ; Diana

Résumé : Biscot, facteur au bureau de poste d’Aix-les-Bains, a la particularité d’effectuer sa tournée à pied, ne sachant pas monter à bicyclette. Tombé à l’eau au cours d’une partie de pêche, il est sur le point de se noyer lorsqu’il est sauvé par la championne de natation Laure Langevin.
Désireux de séduire cette sportive convaincue, il apprend, avec l’aide de sa collègue mademoiselle Yvette, à faire du vélo et devient coureur cycliste, allant jusqu’à participer au Tour de France.
Il arrive dernier à chaque étape, mais persévère, d’autant plus qu’un donateur a promis la somme de vingt-cinq mille francs ou un séjour à Nice à celui qui, de Biscot ou de son concurrent direct, le champion régional Chocard, remporterait l’étape finale. Biscot précède Chocard au vélodrome du Parc des Princes et empoche l’argent du prix, ce qui lui permettra de s’installer avec mademoiselle Yvette, s’étant rendu compte que c’est pour elle qu’il éprouve un amour sincère et réciproque.

Observations : Le film s’accompagne de séquences du Tour de France coupées et d’un concours filmé pour les spectateurs du Tour de France.

Mots clés : Amour; Course cycliste; Cyclisme; Facteur; Nageur; Tour de France; Vélo;

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Olympia / Les Dieux du stade  
 

Autres titres : Fest der Schönheit, Fest der Völker, Olympia 1. Fest der Völker, Olympia 2. Fest der Schönheit
Année de production : 1938
Année de sortie origine : 1938
Pays de production : Allemagne

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Type de métrage : Long
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 3429 m
Durée d'origine : 125 min

Expression cinématographique : Ralenti
Genre général : Non-fiction
Genre précis : Documentaire
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : Leni Riefenstahl
Société de production : Olympia-Film

Compositeur de la musique : Herbert Windt
Opérateurs : Hans Ertl ; Walter Frentz ; Guzzi Lantschner ; Kurt Neubert ; Hans Scheib ; Willy Otto Zielke ; Leo de Laforgue
Chef monteur : Leni Riefenstahl
Ingénieur du son : Hermann Storr

Résumé : En 1936, l’Allemagne nazie accueille les Jeux olympiques à Berlin. Après le défilé des différentes délégations lors de la cérémonie d’ouverture, le stade laisse la place aux différentes disciplines sportives. Les épreuves d’athlétisme offrent l’occasion de battre plusieurs records mondiaux, notamment grâce aux performances de l’Américain Jesse Owens. Le marathon est quant à lui remporté par le Japonais Kee-chung Sohn. Le cyclisme, la gymnastique ou encore la natation composent le reste du programme sportif, avant la cérémonie de clôture.

Observations : Le film a fait l’objet de versions différentes en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne.

Mots clés : Allemagne; Athlète; Athlétisme; Berlin; Course; Course cycliste; Cyclisme; Jeux olympiques; Lancer du javelot; Lancer du marteau; Manifestation sportive; Marathon; Nazisme; Saut à la perche; Saut de haie; Saut en hauteur; Sport; Sportif; Stade olympique;

Lieu de tournage : Berlin (Allemagne)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Pour le maillot jaune...  
 

Numéro de visa : 1882
Année de production : 1939
Année de sortie origine : 1940
Date de sortie en France : 23/10/1940
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Procédé sonore : Optiphone
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2394 m
Durée d'origine : 88 min

Genre général : Fiction
Genre précis : Comédie dramatique

Réalisation : Jean Stelli
Société de production : Société Production pour le Maillot Jaune

Scénaristes : Jean Antoine ; Jean Leulliot
Dialoguiste : Michel Duran
Compositeur de la musique : Van Parys
Auteur des chansons : Jean Boyer
Assistants réalisateur: Serge Debecque ; Maurice Daniel
Conseiller technique : Jean Leulliot
Directeurs de la photographie : Léonce Burel ; Henri Tiquet ; Pierre Montazel ; Henri Janvier ; Roger Dormoy
Décorateur : Emile Duquesne
Chef monteur : Jean Loubignac
Assistants monteur : Suzanne Rondeau ; Marianne Blanche
Ingénieurs du son : Hawadier ; René Louge
Studios : Studios de Saint-Maurice, Studios François 1er
Directeur de la production : Joe Salviche
Distributeur d'origine : CPLF - Compagnie Parisienne de Location de Films

Comédiens : Albert Préjean ; Meg Lemonnier ; René Génin ; Marcel Delaître ; Robert Arnoux ; Gilberte Joney ; Max Dalban ; Paul Temps

Résumé : Bien que  favori du Tour de France, Albert Brégeon ne semble guère motivé par la course, cette année-là. La journaliste Colette Monnier, chargée de couvrir le Tour pour le journal « Paris Mondial », critique à plusieurs reprises dans ses articles son attitude et son classement.
Au cours d’une étape, Brégeon se blesse en tombant de vélo et se réfugie dans une maison, où il se fait panser. Colette Monnier et l’organisateur de la course l’y débusquent. Brégeon leur annonce son intention d’abandonner la course, mais l’organisateur parvient à le convaincre de continuer. Le soir même, il s’oppose à ses coéquipiers et décide à nouveau de renoncer.
Lorsqu’elle apprend la nouvelle, Colette Monnier se rend au bureau de poste pour dicter son papier à son journal. Brégeon, également présent, l’invite à boire un verre et lui confie les raisons de son abandon. Cependant, mutuellement séduits, ils concluent un accord impliquant que Brégeon poursuive la course.
Il remporte brillamment plusieurs étapes mais se retrouve épuisé à la veille de la dernière. Il demande alors à son soigneur de lui procurer des produits dopants. Le lendemain, victime d’un malaise, il chute de nouveau. Mais s’il ne gagne pas le Tour de France, il connaît une plus belle victoire, ayant conquis le coeur de la journaliste.

Mots clés : Amour; Coureur cycliste; Course cycliste; Cyclisme; Dopage; Tour de France; Vélo;

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Cinq tulipes rouges  
 

Numéro de visa : 7959
Année de production : 1948
Année de sortie origine : 1948
Date de sortie en France : 24/10/1948
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Procédé sonore : Western-Electric
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2611 m
Durée d'origine : 95 mn

Genre général : Fiction
Genre précis : Comédie dramatique, Comédie policière

Réalisation : Jean Stelli
Société de production : CICC - Compagnie Industrielle et Commerciale Cinématographique

Scénariste et adaptateur : Marcel Rivet
Dialoguiste : Charles Exbrayat
Compositeur de la musique : René Sylviano
Assistants réalisateur : Jack Pinoteau ; Jean Lefèvre
Conseillers techniques : Francis Pélissier ; Fernand Mithouard ; Georges Speicher
Scripte : Madeleine Lefèvre
Directeur de la photographie : Marcel Grignon
Opérateur : Émile Vilerbue
Assistant opérateur : Raymond Lemoigne
Décorateur : Jacques Colombier
Assistant décorateur : Dimka ; Robert Guisgand
Maquilleur : Pierromax
Chef monteur : Andrée Laurent
Assistant monteur : Mireille Baron
Ingénieur du son : Arthur Van Der Meren
Assistant son : Gaston Demede
Studio : Paris Studios Cinéma
Producteur : Raymond Borderie
Directeur de la production : Robert Bossis
Distributeur d'origine : Les Films Corona

Comédiens : René Dary ; Suzanne Dehelly ; Annette Poivre ; Raymond Bussières ; Pierre Louis ; Robert Berri ; Robert Le Fort ; Emilio Carrer ; Luc Andrieux ; Jean Debray ; Roger Bontemps ; Jean Brochard ; Robert Blome ; Jean Nossereau ; Émile Genevois ; René Hell ; Marcel Loche ; René Robert ; Claude Larry ; Marian ; Cousselle ; Orgaert ; Jean-Jacques Lécot ; Robert Darcy ; Edith Guarini

Résumé : Au cours du Tour de France, quatre morts tragiques ont lieu. Chaque fois, auprès du cadavre, on découvre une tulipe rouge. Un mécano est suspecté, une journaliste manque d’être tuée et, finalement, découvre l’assassin : le directeur de l’équipe de France, ancien champion, infirme et fou de jalousie.

Mots clés : Meurtre; Sport; Tour de France;

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Jour de fête  
 

Autres titres : The Bif Day
Numéro de visa : 7522
Année de production : 1947
Année de sortie origine : 1949
Date de sortie en France : 11/05/1949
Pays de production : France

Procédé image : Couleur
Classification sonore : Sonore
Métrage d'origine : 2332 m

Genre général : Fiction
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : Jacques Tati
Société de production : Cady Films

Scénaristes : Jacques Tati ; Henri Marquet
Adaptateur : René Wheeler
Dialoguistes : René Wheeler ; Jacques Tati ; Henri Marquet
Compositeur de la musique : Jean Yatove
Directeurs de la photographie : Jacques Mercanton ; Jacques Sauvageot
Décorateur : René Moulaert
Chef monteur : Marcel Moreau
Ingénieur du son : Jacques Maumont
Producteur : Fred Orain
Distributeur d'origine : Francinex

Comédiens : Jacques Tati ; Guy Decomble ; Paul Frankeur ; Delcassan ; Santa Relli ; Maine Vallée

Jour de fête
© Les Films de Mon Oncle

Résumé : Un modeste village de France. Un soir arrive par la route un manège de chevaux de bois que son propriétaire installe sur la place en vue de la fête du lendemain. Tous les commerçants se préparent de même, on hisse un mât avec un drapeau et des guirlandes, le cafetier met une dernière main à sa terrasse, la couturière active les robes de ses clientes, tout le monde est en émoi. Le lendemain, la fête bat son plein. Le facteur, qui a prêté main-forte à tous et bu plus que de coutume, rêve en voyant au cinéma ambulant les réalisations de la poste américaine utilisant des hélicoptères. Pourquoi ne pas en faire autant à vélo ? Le facteur parcourt alors la campagne en une tournée de la plus haute fantaisie. Le lendemain, la fête est terminée, les chevaux de bois s’en vont.

Mots clés : Bicyclette; Facteur; Fête;

Lieu de tournage : Sainte-Sévère-sur-Indre (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Giro di Francia '49 / 24 jours de course  
 

Autres titres : Tour de France 1949, Giro di Francia 49
Année de production : 1949
Année de sortie origine : 1949
Pays de production : Italie

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Format d'origine : 35 mm

Genre général : Non-fiction
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : Giovanni Elli
Société de production : C.I.A.C. Compagnia Italiana Attualita Cinematograf

Auteur du commentaire : Guido Rosada
Directeur de la musique : Mattia Gleich
Adaptation musicale : Nino Ravasini
Opérateurs : Giovanni Elli ; Felix Forrestier ; Carlo Pozzi
Chef monteur : Maria Angelini
Ingénieur du son : Carlo Stival
Distributeur d'origine : Attualcine
Distributeurs en France : La France en Marche ; Francinex

Giro di Francia '49
© La Cineccitta Luce

Résumé : En 1949, le 36e Tour de France se déroule en vingt et une étapes, avec pour la première fois une incursion en Espagne. Le départ officiel des cent vingt coureurs est donné par l’ancien champion Marcel Anselme. La première étape est remportée à Reims par Marcel Dussault, qui enfile le maillot jaune, aidé par Line Renaud. Lors de la cinquième étape, un spectateur fait tomber Fausto Coppi, qui doit remplacer son vélo. Gino Bartali fait alors preuve de solidarité sportive et emmène son compatriote et rival dans sa roue. Le 6 juillet, les coureurs ont une journée de repos. Dans la septième étape, un contre-la-montre, Coppi est vainqueur et les journalistes s’activent pour transmettre leurs articles. Durant la onzième étape, Bartali, renversé par une moto, réussit à revenir, mais c’est Coppi qui arrive le premier à Luchon. A la treizième étape, on ne compte plus que soixante-neuf coureurs. Le 15 juillet, les opérations de contrôle antidopage s’effectuent dans les arènes de Nîmes, puis le Tour se dirige vers Marseille. A Cannes, lors d’une nouvelle journée de repos, Edouard Fachleitner se fait opérer d’un anthrax. Après les cols alpins, les coureurs arrivent à Briançon, traversent l’Italie et la Suisse, puis retournent en France vers Belfort, Mulhouse, Colmar, Nancy. Au Parc des Princes, la dernière étape est gagnée au sprint par Rick van Steenbergen. Au classement général Fausto Coppi est premier, Gino Bartali deuxième et Jacques Marinelli troisième.
Observations : - Film officiel du Tour de France 1949.
- Il existe deux versions : une version longue italienne (version d’origine) et une version courte française
Le résumé du film a été fait à partir de la version courte française.

Mots clés : Bartali, Gino; Championnat; Col d'Aubisque; Compétition sportive; Coppi, Fausto; Coureur cycliste; Cyclisme; Geminiani, Raphaël; Goldschmit, Jean; Lazarides, Apo; Magni, Fiorenzo; Maillot jaune; Marinelli, Jacques; Ockers, Stan; Robic, Jean; Sport; Tour de France; Van Steenbergen, Rick; Vietto, René

Lieux de tournage : Paris, Reims, Boulogne-sur-Mer, Rouen, Saint-Malo, Les Sables-d’Olonne, La Rochelle, Bordeaux, Pau, Bagnères-de-Luchon, Toulouse, Nîmes, Marseille, Cannes, Briançon, Colmar, Nancy (France) ; Bruxelles (Belgique) ; Saint-Sébastien (Espagne) ;Aoste (Italie) ; Lausanne (Suisse)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Le Tour de France 1950  
 

Autres titres : Toutes les vedettes de la route
Numéro de visa : 10500
Année de production : 1950
Année de sortie origine : 1950
Date de sortie en France : 10/08/1950
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2400 m
Durée d'origine : 88 min

Genre général : Non-fiction
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : Jacques Berr
Société de production : La France en Marche

Auteurs du commentaire : Albert de Wetter ; Jacques Berr
Compositeurs de la musique : Emile Passani ; Jean Giardino
Collaboration artistique : Jean Antoine
Opérateurs : Félix Forestier ; Émile Sallé ; Georges Bourdelon ; Lucien Millet
Chef monteur : Hélène Baste
Directeur de la production : André Verdet-Kléber
Distributeurs d'origine : Filmsonor ; La France en Marche

Le Tour de France 1950
© Succession Joudioux

Résumé : En 1950, le 37e Tour de France se déroule en vingt-deux étapes avec cent seize coureurs au départ, mais sans Fausto Coppi, qui déclare forfait juste avant la course. A Paris, place du Palais-Royal, l’équipe de France pose pour les photographes en compagnie d’Orson Welles, qui coupe le ruban tricolore. Lors de la cinquième étape, les Italiens bloquent toute échappée. Mais, enfin, lors de la septième étape, la bataille se déclenche entre les coureurs. Marinelli doit abandonner et sera désormais journaliste, correspondant du Tour à Paris. Après Niort et Bordeaux, les coureurs prennent la direction de Pau, ville où les coureurs auront une journée de repos, avant l’attaque des cols alpins de la onzième étape. Bartali gagne, mais il est révolté par l’attitude injurieuse et violente de quelques spectateurs. La douzième étape, en direction de Perpignan, ne compte plus que soixante-treize coureurs, après l’abandon des équipes italiennes. Sous une chaleur torride, Blomme se lance dans une échappée de plus de deux cents kilomètres et manque de s’effondrer à dix mètres de l’arrivée. Lors de la treizième étape, l’équipe Nord-Afrique supporte la chaleur mais Zaaf s’écroule au pied d’un arbre, et c’est Molines qui gagne. Bobet, Kübler, Géminiani, Robic et Ockers formeront le peloton de tête des étapes suivantes, se livrant une lutte intense. Ferdi Kübler gagnera finalement le Tour, suivi de Ockers et Bobet.

Observations : - Film réalisé avec le concours de Ciné-Sport / Directeur technique : M. Elli.

Mots clés : Bobet, Louison; Championnat; Colporteur; Coureur cycliste; Course à étapes; Cyclisme; Geminiani, Raphaël; Kübler, Ferdinand; Maillot jaune; Ockers, Stan; Robic, Jean; Sport; Tour de France;

Lieux de tournage : Paris, Metz, Lille, Rouen, Dinard, Saint-Brieuc, Angers, Niort, Bordeaux, Pau, Saint-Gaudens, Perpignan, Nîmes, Toulon, Menton, Nice, Gap, Briançon, Saint-Etienne, Lyon, Dijon ;
Liège (Belgique)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Le 38e Tour de France cycliste  
 

Série : La France en marche
Autres titres : Le Trente-huitième tour de France cycliste, De la Lorraine au Languedoc en 15 étapes, De la Lorraine au Languedoc en quinze étapes, Les 9 étapes de Carcassonne à Lutèce, Les Neuf étapes de Carcassonne à Lutèce, Le Tour de France 1951
Numéro de visa : 11796-11797
Année de production : 1951
Année de sortie origine : 1951
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2132 m
Durée d'origine : 78 min

Genre général : Non-fiction
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : Jacques Berr
Société de production : La France en Marche

Conseiller technique : Félix Lévitan
Opérateurs : Félix Forestier ; Gilbert Larriaga ; Tahar Hanache
Chef monteur : Hélène Baste
Distributeur d'origine : Artistes Associés

Le 38e Tour de France cycliste
© Succession Joudioux

Résumé : Du 4 au 29 juillet 1951, les coureurs du 38e Tour de France vont parcourir plus de quatre mille cinq cente kilomètres répartis sur vingt-quatre étapes. Partis de Metz, les cyclistes gagnent d’abord Paris par Reims, Gand, en Belgique, et Le Tréport. Ils rejoignent ensuite Clermont-Ferrand en passant par Caen, Rennes, Angers et Limoges, où le Tour fait sa première pause. Les coureurs reprennent la route vers les Pyrénées via Brive, où le boxeur Sugar Ray Robinson est venu les saluer, et Agen. A partir de Dax, ils affrontent les cols pyrénéens jusqu’à Carcassonne. Après une deuxième journée de repos à Montpellier, ils poursuivent leur route vers Marseille avant d’aborder les rudes étapes alpestres, qui commencent à Gap. Après le dernier contre-la-montre, d’Aix-les-Bains à Genève, les cyclistes, partis de Dijon, foncent vers Paris. Durant les premières étapes, les favoris de la course, Hugo Koblet, Fausto Coppi et Louison Bobet, s’observent mutuellement sans attaquer ; seule la course contre la montre entre La Guerche et Angers est l’objet d’une rivalité entre les trois cyclistes. La onzième étape, gagnée par Hugo Koblet, restera une course d’anthologie. Bim Diederich, Serafino Biagioni, Roger Lévêque, Gilbert Bauvin et Win van Est se disputent le maillot jaune jusqu’à la treizième étape. Mais, à la fin de l’étape suivante, Hugo Koblet endosse le maillot du vainqueur pour ne plus le quitter jusqu’à Paris.

Observations : Ce film est la réunion de deux courts métrages : "De la Lorraine au Languedoc en 15 étapes" et "Les 9 étapes de Carcassonne à Lutèce".

Mots clés : Bauvin, Gilbert; Biagioni, Serafino; Bobet, Louison; Col (Montagne); Coppi, Fausto; Cyclisme; Cycliste; Diedérich, Bim; Koblet, Hugo; Lévèque, Roger; Maillot jaune; Robinson, Sugar Ray; Sport; Tour de France; Van Est, Win;

Lieux de tournage : Metz, Reims, Le Tréport, Paris, Caen, Rennes, La Guerche, Angers, Limoges, Clermont-Ferrand, Brive-la-Gaillarde, Agen, Dax, Tarbes, Bagnères-de-Luchon, Carcassonne, Montpellier, Avignon, Marseille, Gap, Briançon, Aix-les-Bains, Dijon ; Gand (Belgique) ; Genève (Suisse)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Le 39e Tour de France cycliste  
 

Autres titres : De l’Atlantique aux Alpes, Des Alpes à l’Ile-de-France, Le Trente-neuvième Tour de France cycliste, Le Tour de France 1952, Le Tour de France mille neuf cent cinquante-deux
Numéro de visa : 13132-13133
Année de production : 1952
Année de sortie origine : 1952
Pays de production : France

Procédé image : Noir et blanc
Classification sonore : Sonore
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 1655 m
Durée d'origine : 60 mn

Genre général : Non-fiction
Thème : Sports et loisirs

Réalisation : André Verdet-Kléber
Société de production : La France en Marche

Compositeur de la musique : Maurice Thiriet
Chefs monteur : Marguerite Beaugé ; Yvonne Martin
Distributeur d'origine : Artistes Associés

Le 39e Tour de France cycliste
© Succession Joudioux

Résumé : Du 26 juin au 19 juillet 1952, les cyclistes du 39e Tour de France suivent un parcours de vingt-trois étapes, suivis par une caravane comportant les directeurs techniques, les journalistes, les photographes, une voiture sanitaire et une imprimerie mobile. Partis de Brest, les coureurs roulent vers Le Mans et remontent sur Rouen. Ils traversent ensuite la région Nord, font un passage par la Belgique, puis se dirigent vers l’Alsace. Dans les Vosges, ils affrontent les premiers cols du Tour avant d’atteindre Mulhouse. Ils poursuivent leur route jusqu’en Suisse et attaquent les cols alpins. A l’Alpe-d’Huez, le Tour fait sa première pause, permettant aux cyclistes, harassés par la chaleur, de se reposer. Après une incursion en Italie, les coureurs descendent vers la Côte-d’Azur, qu’ils longent avant de faire étape à Avignon et à Perpignan. A Toulouse, où le Tour fait sa deuxième halte, la caravane publicitaire offre au public des animations et des spectacles. Les cyclistes, requinqués, affrontent les cols pyrénéens, remontent vers Bordeaux, escaladent le puy de Dôme et foncent vers Paris. Les premières étapes sont gagnées par les Belges, puis Fiorenzo Magni et Nello Lauredi se disputent le maillot jaune. Mais à l’Alpe-d’Huez, c’est Fausto Coppi qui gagne le maillot convoité et qui le conservera jusqu’à Paris. Il fait un triomphe dans son pays, Sestrières, gagne la plupart des étapes de cols et arrive à Paris en vainqueur.

Observations : Ce film est la réunion de deux courts métrages : "De l’Atlantique aux Alpes" et "Des Alpes à l’Ile de France".

Mots clés : Bobet, Louison; Championnat; Coureur cycliste; Cyclisme; Geminiani, Raphaël; Kübler, Ferdinand; Maillot jaune; Ockers, Stan; Robic, Jean; Sport; Tour de France

Lieu(x) de tournage : Brest, Rennes, Le Mans, Rouen, Roubaix, Metz, Nancy, Mulhouse, Lausanne, Huez, Le Bourg-d’Oisans, Aix-en-Provence, Avignon, Perpignan, Toulouse, Bagnères-de-Bigorre, Pau, Bordeaux, Limoges, Clermont-Ferrand, Vichy, Paris (France) ; Namur (Belgique) ; Sestrières (Italie) ; Monaco

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
 
> présentation du corpus
> voir les notices des courts métrages