> quitter le parcours
  Les films sur l'industrie de la métallurgie  
 
 
   
 
> présentation du corpus
> voir les notices des films sur l'industrie alimentaire
> voir les notices des films sur l'industrie chimique
> voir les notices des films sur l'industrie textile
 
  Défournage du coke  
 

France, 1896. Noir et blanc. Muet. Format d'origine 35mm. 1min.

Numéro de Catalogue : 122

Société de production : Société A. Lumière et ses Fils
Producteurs : Louis Lumière ; Auguste Lumière

Défournage du coke
© Association frères Lumière

Résumé : Sur le plateau de défournement, le coke brûlant est poussé hors du four. Des ouvriers l'éteignent au jet d'eau et le mettent en morceaux. Sur le ponton des fours, d'autres ouvriers avancent des wagonnets.

Mots clés : Cokerie; Four; Houille; Industrie; Ouvrier; Travail; Usine; Wagonnet

Lieu de tournage : Carmaux (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Chargement du coke  
 

France, 1896. Noir et blanc. Muet. Format d'origine 35mm. 1mn.

Numéro de Catalogue : 123

Société de production : Société A. Lumière et ses Fils

Chargement du coke
© Association frères Lumière

Résumé : Des femmes chargent le coke dans des brouettes que d'autres emportent.

Mots clés : Chargement; Coke; Condition féminine; Femme; Industrie; Ouvrière; Travail; Usine

Lieu de tournage : Carmaux (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Tréfilage du laiton. Méthode de l'escargotage  
 

France, 1920. Noir et blanc. Muet. Documentaire

Société de production : Pathé Consortium Cinéma

Tréfilage du laiton. Méthode de l'escargotage
Collection CNC

Résumé : La fabrication du fil de laiton.
Dans une usine, des ouvriers coulent du métal en fusion dans des moules afin de fabriquer des plaques. Une fois refroidies et démoulées, celles-ci passent au laminage pour être amincies et lissées. Elles sont ensuite découpées à la cisaille en spirale pour créer de fines bandes qui vont s'enrouler sur un envidoir. Après ébauchage, ces bandes sont transformées en fils et formeront ensuite des bobines.

Mots clés : Fabrication; Métal; Métallurgie; Ouvrier; Usine

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  L'Acier  
 

France, 1920. Couleur. Muet. Format d'origine 35mm. 11min. Film industriel

Société de production : Super-Film (Etablissements Roger Weil)

Résumé : Au Creusot, les ingénieurs utilisent le procédé Thomas pour la fabrication d'aciers spéciaux. Les minerais phosphoreux sont chargés dans le convertisseur, puis le phosphore est mélangé au laitier. L'acier en fusion est coulé dans des poches, qui le déversent dans des lingotières. Le four Martin, chauffé au gaz, est spécialement conçu pour l'utilisation des déchets métalliques, ou riblons. Le chargement se fait mécaniquement. Il existe aussi un four à creusets pour les aciers spécifiques.

Mots clés : Aciérie; France; Industrie lourde

Lieu de tournage : Le Creusot (France)

Déposé aux Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Construction des turbines à vapeur aux établissements Schneider (Usines du Creusot et du Breuil)  
 

France, 1920. Couleur. Teinté. Muet. Format d'origine 35mm. 11min. Film institutionnel

Société de production : Etablissements Schneider

Résumé : Les usines du Creusot et du Breuil des établissements Schneider construisent jusqu'à 60 turbines à vapeur par an, allant de 2 mille à 40 mille kws.
L'atelier de construction forge, par presse hydraulique, ébouche, tourne et aube les disques pouvant atteindre 3 mètres de diamètre et destinés à la construction du rotor d'une turbine.
L'atelier de modelage fabrique des modèles, coule puis ébarbe et alèse les tubulures d'échappement pour les turbines ; les ouvriers y pratiquent également le tournage d'une enveloppe de turbine de 25 mille kws et l'usinage du rotor.

Mots clés : Atelier; Energie; Etablissements schneider; Métallurgie; Turbine; Usine

Lieux de tournage : Le Creusot ; Le Breuil (France)

Déposé aux Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  [Le Barrage]  
 

France, 1925. Couleur. Teinté. Muet. Format d'origine 35mm. Documentaire

Sociétés de production : CUC - Compagnie Universelle Cinématographique ; Picheral et Giran


Source de l'identification : Datation pellicule. Titre attribué par le service.

[Le Barrage]
Collection CNC

Résumé : Un barrage d'un système nouveau, constitué d'un tube qu'un mécanisme permet d'élever et d'abaisser à volonté, sous l'action d'un moteur électrique qui actionne une chaîne. Un tuyau de trois mètres de diamètre envoie l'eau à l'usine de Saint-Jean-de-Maurienne, à quatre kilomètres. Puis, la conduite enjambe sous forme d'une arche le torrent de l'arc qui alimente des turbines qui fournissent l'électricité pour les fours qui fabrique l'aluminium. Dans ces fours, au contact des électrodes, les sels d'aluminium entrent en fusion. Une fois liquéfié, l'aluminium est coulé en lingots.

Mots clés : Aluminium; Barrage; Bassin de décantation; Centrale hydroélectrique; Conduite d'eau; Eau; Electricité; Four; Ouvrier; Salle des turbines; Torrent; Tuyau; Usine

Lieu de tournage : Saint-Jean-de-Maurienne (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Un rapide aperçu des usines du Creusot, du Breuil & "Henri-Paul"  
 

France, 1925. Couleur. Teinté. Muet. Format d'origine 35mm. 18min. Film institutionnel
Autre titre : Un rapide aperçu des usines du Creusot, du Breuil et Henri-Paul

Société de production : Etablissements Schneider

Commanditaire : Etablissements Schneider

Résumé : Les établissements Schneider représentent les différentes étapes de l'industrie métallurgique. Les usines du Creusot, du Breuil et Henri-Paul sont dotées d'une cokerie, de hauts-fourneaux, et d'une fonderie équipée de fours Martin. Les ouvriers y produisent des moulages pouvant peser jusqu'à 60 mille kilos, des lingots d'acier de 100 tonnes, usinent des pièces pour turbines de 25 mille kws et des canons pour obusier, montent des locomotives.

Mots clés : Etablissements Schneider; Fonderie; Haut-fourneau; Industrie; Métallurgie; Usine

Lieux de tournage : Le Breuil ; Le Creusot ; Montchanin (France)

Déposé aux Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Une Révolution dans le bâtiment  
 

France, 1929. Noir et blanc. Muet. Format d'origine 35mm. 20min. Publicitaire, Film industriel
Autre titre : Office Technique pour l'Utilisation de l'Acier (OTUA)

Société de production : Office Technique pour l'Utilisation de l'Acier

Une Révolution dans le bâtiment
Collection CNC

Résumé : Des maisons métalliques sont exposées à la Foire de Paris. L'Office Technique pour l'Utilisation de l'Acier en présente trois modèles, sous forme de dessins.

Mots clés : Architecture; Structure métallique

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  La Fonte  
 

France, 1938. Noir et blanc. Muet. Format d'origine 35mm. 10min.
Film pédagogique
Série : Les Films d'enseignement Larousse

Réalisation : Marc Cantagrel ; Emile Brucker
Société de production : Larousse

Opérateur : André Didier
Distributeur en France : Larousse

La Fonte
Collection CNC

Résumé : La fonte est un mélange d'oxyde de fer et de coke métallurgique. Les ouvriers chargent le minerai et le coke dans un haut-fourneau préchauffé au gaz. L'injection d'air chaud par les tuyères alimente la combustion du coke, qui rejette du carbone. L'oxyde de carbone prend l'oxygène du minerai et libère le fer, qui, s'alliant au carbone du coke, donne la fonte. En fusion, elle subit une nouvelle transformation pour devenir de l'acier ; refroidie, elle est cassée en morceaux, ou gueuses.

Mots clés : Fonte; France; Haut-fourneau; Métallurgie

Lieu de tournage : France

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  L'Acier  
 

France, 1938. Noir et blanc. Muet. Format d'origine 35mm. 6min.
Film pédagogique
Série
: Les Films d'enseignement Larousse

Réalisation : Marc Cantagrel ; Emile Brucker
Société de production : Larousse

Opérateur : André Didier
Distributeur en France : Larousse

L'Acier
Collection CNC

Résumé : L'acier se fabrique de deux façons.
I - La fonte en fusion est versée dans un convertisseur. Un violent courant d'air, insufflé par le fond du convertisseur redressé, brûle tout le carbone contenu dans la fonte. L'opération terminée, les ouvriers ajoutent le carbone nécessaire pour obtenir l'acier désiré.
II - L'acier se fabrique aussi à partir de vieilles ferrailles. Dans le four Martin, chauffé au gaz, les ouvriers déposent mécaniquement les ferrailles. L'acier en fusion est coulé dans des poches, qui se déversent dans des lingotières. Les lingots refroidis sont démoulés et vendus, pour être transformés en produits commerciaux.

Mots clés : Acier; Enseignement; Fabrication; France; Sidérurgie

Lieu de tournage : France

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Le Plomb, de la mine au métal  
 

France, 1949. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 42min.
Film industriel

Réalisation : Georges Lasquellec ; Pierre Sainflou
Société de production : Airfilm

Conseiller scientifique : Cournot
Opérateurs : Eugène Langlois ; Pierre Peylet
Studio : Studios de Neuilly
Commanditaire : Ministère de l'Education Nationale
Distributeur en France : CODIC - Compagnie de Diffusion Cinématographique

Le Plomb, de la mine au métal
Collection CNC

Résumé : L'exploitation des mines de plomb métropolitaines de Perbrune, dans le Tarn, et de Pierrefitte, dans les Hautes-Pyrénées, entraîne l'extraction des gisements de galène par perforation au marteau pneumatique, puis abattage à la dynamite. Mise en oeuvre sur place, la concentration rend le minerai apte à subir les traitements métallurgiques. Á l'usine Pennaroya de Noyelles-Godault, les trois phases de la métallurgie du plomb, oxydation, réduction et affinage, mènent à l'élaboration d'un métal pur à 99,99% et, en marge, à une production argentifère. Des feuilles et tuyaux de plomb sont alors obtenus par formage.

Observations : De nombreuses séquences ont également été utilisées dans " Un Métal irremplaçable" (1950) de Pierre Sainflou.

Mots clés : Argent; Fonderie; Mine; Minerai; Plomb

Lieux de tournage : Pierrefitte-Nestalas ; Noyelles-Godault ; département du Tarn (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Quelques pages sur l'industrie française de l'aluminium  
 

France, 1950. Noir et blanc. Sonore (procédé SIS). Format d'origine 35mm. Documentaire

Réalisation : J. Dumontet

Adaptation musicale : N. Karjinsky
Directeur de la photographie : L. de Boeck
Animateur : L. Mottard

Quelques pages sur l'industrie française de l'aluminium
Collection CNC

Résumé : L'aluminium est issu du minerai de bauxite. Il est extrait par électrolyse dans des usines hydroélectriques. Sa malléabilité permet son utilisation pour de nombreuses applications (cables électriques). Ses alliages servent essentiellement à des fins de moulages et de fabrications de pièces mécaniques.

Mots clés : Aluminium; Bauxite; Industrie; Métal; Métallurgie; Usine hydroélectrique

Lieu de tournage : Les Baux-de-Provence (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Les Hommes de l'acier  
 

France, 1951. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 19min. Film industriel
Numéro de visa : 11803

Réalisation : Jean Tedesco
Société de production : Films du Bélier

Compositeur de la musique : Arthur Hoerée
Conseiller technique : Institut National de Sécurité
Directeur de la photographie : Marcel Paulis

Les Hommes de l'acier
Collection CNC

Résumé : La sidérurgie française du début des années cinquante évolue vers l'automatisation et la généralisation de mesures de protection garantissant sécurité et pénibilité moindre aux travailleurs du secteur. Le chargement du haut-fourneau en minerai et en coke est assuré à distance. Zone dangereuse car riche en gaz toxiques, le gueulard, son ouverture supérieure, est interdit à toute intervention humaine. Déchargée automatiquement dans les wagons, la cokerie moderne contraste avec l'ancienne batterie de fours. Durant la coulée de fonte, le fondeur est protégé des projections. La fonte en fusion est acheminée par train vers l'aciérie. Versée dans un mélangeur, des cornues géantes la convertissent en acier. Les ferrailles sont happées par électro-aimants d'un pont roulant, et les lingots saisis par des pinces gigantesques. Des pontonniers dirigent vers le four de réchauffage. Un conducteur vérifie le trajet de la barre d'acier grâce à un rétroviseur. Le laminage est entièrement automatique. L'extraction des fours nécessite dextérité et protection. Le forgeage des pièces longues est commandé à distance, des presses hydrauliques traitent les pièces de grande dimension. Le maître forgeron sert de guide. Progrès technique et protection accrue sont garants de la sécurité.

Mots clés : Acier; Automatisation; Cokerie; Fonderie; Forge; Haut-fourneau; Industrie lourde; Progrès; Sécurité; Sidérurgie

Lieu de tournage : Rombas (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Cent ans de production de fonte  
 

France, 1951. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 15min. Reportage, Film industriel

Réalisation : Georges Coutable ; Reginald Coutable
Société de production : Havas

Cent ans de production de fonte
Collection CNC

Résumé : La célébration du centenaire des établissements Prénat s'est déroulée le 2 juillet 1949 en présence du préfet du Rhône et du maire de Givors.
Les établissements Prénat sont constitués d'une coquillerie, de deux hauts fourneaux et d'une fonderie. La centrale transforme l'énergie du gaz en courant électrique et les matières premières sont réparties par transbordeurs électriques. La pyrite grillée est cuite dans des fours tunnels puis, est chargée dans le gueulard des hauts fourneaux.
Entre 1946 et 1948, la mise en place d'un nouvel équipement a nécessité la suppression d'une cheminée. Sur la place ainsi dégagée, un large hall abrite désormais une sablerie mécanisée. Monsieur Prénat a également fait construire des maisons tout confort avec jardins pour son personnel.
Après la visite de la fonderie, une démonstration de coulée de fonte est organisée. Des discours sont prononcés, monsieur le préfet remet des médailles du travail et les nouveaux ateliers sont bénis. Pour l'occasion, le hall de modelage a été transformé en salle de banquet et de bal ; un feu d'artifice clôture la fête.

Mots clés : Cérémonie; Cité ouvrière; Coulée de fonte; Fête; Fonderie; Four métallurgique; Haut-fourneau; Industrie; Industrie métallurgique; Métallurgie; Ouvrier; Réception

Lieu de tournage : Givors (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Le Chaudronnier  
 

France, 1951. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 23min.
Film industriel
Numéro de visa : 10107

Réalisation : Georges Rouquier
Société de production : Les Films Étienne Lallier

Séquence spéciale : Daniel Sarrade ; Henri Sarrade
Compositeur de la musique : Guy Bernard
Assistant réalisateur : Pierre Gout
Directeur de la photographie : Marcel Fradétal
Assistant opérateur : Henri Champion
Chef monteur : Monique Rousseau
Studio : Studios Marignan

Le Chaudronnier
© Dominique Lallier-Decoiné

Résumé : La corporation des batteurs de cuivre, ancêtres des chaudronniers, apparaît à Dinant, en Belgique, au Moyen Age, puis gagne la Normandie et l'Auvergne. Le travail du disque de cuivre se fait par martelage à froid, ou rétreint, ou par emboutissage. Le planage lui donne son brillant. La machine à vapeur et le procédé donnant l'acier doux vont révolutionner la profession. Dans les bureaux d'étude d'aujourd'hui, une bonne connaissance du dessin industriel et de la géométrie sont nécessaires. Les formes à donner sont travaillées sur machines-outils, et l'assemblage se fait par soudure. Les applications sont multiples dans l'industrie : bouées marines, autoclaves, construction navale, chaudières de locomotives, tuyaux, travail des profilés. La contribution des chaudronniers à d'importantes réalisations, telles que citernes, réservoirs, conduites forcées des centrales hydrauliques et souffleries, est essentielle.

Mots clés : Chaudronnerie; Chaudronnier; Cuivre; Emboutissage; Feuille de métal; Martelage; Métier; Planage; Rétreint; Travail artisanal

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) , Bois d'Arcy (Yvelines), Cinémathèque de Grenoble, La Cinémathèque de Toulouse

 
  Efforts de productivité dans la fonderie  
 

France, 1953. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 23min.
Film industriel

Réalisation : Edmond Floury ; Jean Epstein
Société de production : Association Française pour l'Accroissement de la Productivité

Directeurs de la photographie : Edmond Floury ; Albert Militon
Chef monteur : Y. Martin

Efforts de productivité dans la fonderie
Collection CNC

Résumé : Les professionnels de la fonderie mettent en oeuvre, en 1951, un programme de modernisation pour relancer la compétitivité du secteur. Les directeurs des neuf usines pilotes suivent la formation d'un instructeur du Centre de productivité de la fonderie à Fontaine-le-Port, en Seine-et-Marne. Une méthode est définie sur la base d'opérations choisies pour leur répétitivité, leur pénibilité et générant des embouteillages. L'enjeu est un gain de temps et de coût dans les cinq étapes de la production : opération, transport, contrôle, attente et stockage. La fabrication d'un tambour révèle la nécessité d'un regroupement des postes de travail. A Jeumont, dans le Nord, la nouvelle approche modifie radicalement les postures de l'ouvrier et les opérations de contrôle. La réduction de manutention est conséquente. Les masselottes, retrait de métal en excès des moules, sont fortement réduites. L'économie est désormais prise en compte dans la conception de la machine et dans la forme des pièces de la chaîne de montage. Les techniciens du centre de productivité se mettent à la disposition des ouvriers. Début 1952, les progrès constatés sont très encourageants.

Observations : La plupart des prises de vues de ce film ont été réalisées sous la direction de Jean Epstein avant sa disparition prématurée.

Mots clés : Economie; Fonderie; France; Industrie; Industrie lourde; Production; Productivité; Travail

Lieux de tournage : Fontaine-le-Port ; Jeumont (France)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
 
> présentation du corpus
> voir les notices des films sur l'industrie alimentaire
> voir les notices des films sur l'industrie chimique
> voir les notices des films sur l'industrie textile