Accueil > Fées et créatures surnaturelles
  Fées et créatures surnaturelles
 

La Fée aux pigeons

1906 - Noir et blanc + pochoir - Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 45 m
Durée d'origine : 3 mn

Réalisation : Gaston Velle
Société de production
: Pathé Frères
Opérateur : Segundo de Chomón
Auteur des effets spéciaux : Segundo de Chomón

Résumé : Une charmante fée fait apparaître et disparaître des oiseaux. Puis disparaissant au milieu d'un ruissellement de lumière, elle fait place à un curieux éventail sur lequel semble se refléter toutes les gammes de la palette d'un peintre. Encadrant un médaillon, ses immenses plumes aux reflets multicolores provoqueront l'étonnement et feront songer à l'étrange parure de quelque gigantesque oiseau rare, aujourd'hui disparu.

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

La Fée aux pigeons
© Pathé Production

retour au sommaire

La Goulve

Autres titres : La Vergine e l'esorcista, By Devil possessed, The Goulve, golem's daughter, Erotic Witchcraft, La Figlia di Golem
Numéro de visa : 38749
1971 - Couleur (procédé Eastmancolor) - Sonore
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2395 m
Durée d'origine : 87 mn
Interdictions : Interdit aux moins de 18 ans

Réalisation : Bépi Fontana ; Mario Mercier
Société de production : Productions Welp
Scénariste
: Mario Mercier
Adaptateurs : Bépi Fontana ; Mario Mercier
Dialoguiste : Mario Mercier
Compositeurs de la musique : Guy Boulanger ; Jean-François Gaël
Conseiller scientifique : Claude Deplace
Collaboration artistique : Guy Maria
Assistant réalisateur : Frédéric Massin
Conseiller technique : Heddi Naka
Scripte : Claude Luquet
Directeur de la photographie et auteur des effets spéciaux : Paul Soulignac-Thomas
Opérateur : Maurice Kaminski
Décorateur : Marité Mercier
Maquilleur : Simone Groffe
Chef monteur : Charlotte Fournier
Assistant monteur : Monique Clocher
Directeur de la production : Paul Pavaux
Laboratoire : Victor David
Distributeur d'origine : Inter Écran
Comédiens : Anne Varèze ; Hervé Hendrickx ; César Torres ; Maïka Simon ; Marie Ange Saint-Clair ; Bépi Fontana ; Wilfrid Chetteoui ; Manuel Navo

La Goulve
© Mario Mercier

Résumé : Haï de tout le village, Raymond, devenu orphelin après le suicide de son père, est recueilli et éduqué par un fanatique des sciences occultes. Jeune homme, à la suite du décès de son père spirituel, il tombe amoureux d'Agnès qui se refuse à lui car elle aime Constant. Pour attirer ses faveurs, il invoque la Goulve qui désormais le possède. Grâce à ses nouveaux pouvoirs Raymond émet des vibrations électriques sur Agnès et sa cousine Nadine, qui se refuse également à lui et qu'il met en cage. Mais au lieu de tourner leur nouvel appétit sexuel vers le corps de Raymond, Nadine lui préfère l'image de la Goulve qui émane de lui tandis qu'Agnès exprime ses désirs sur un tronc d'arbre. Constant parti à la recherche d'Agnès la retrouve errante dans la nature. De retour dans la maison de Raymond, Nadine gît au sol, égorgée. Pour désenvouter Agnès, Constant brûle le portrait de la Goulve, tuant ainsi Raymond. Mais il est trop tard, Agnès décide de se noyer et la Goulve errante prend possession du corps de Constant.

Observations : - Film inaugural du Witch-Cinéma, le deuxième et dernier étant "La Papesse" (Mario Mercier, 1975).
- Les réalisateurs définissent le genre comme "la représentation visuelle des Mondes Invisibles qui nous entourent".

Entretien avec Mario Mercier sur la WebTV du CNC

retour au sommaire

Lévitan : Cette nuit-là

1932 - Noir et blanc - Sonore (procédé Melodium)
Date de sortie en France : 28/01/1948
Pays de production : France, Maroc
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 46 m
Durée d'origine : 1 mn

Réalisation : Jean Aurenche
Commanditaire : Meubles Lévitan
Comédien : Paul Grimault

Résumé : "Un meuble signé Lévitan est garanti plus longtemps"

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

Lévitan : Cette nuit-là
© DR

retour au sommaire

La Nuit fantastique

Autre titre : Le Tombeau de Méliès
Numéro de visa : 26
1941 - Noir et blanc - Sonore
Date de sortie en France : 10/07/1942
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2678 m
Durée d'origine : 103 mn

Réalisation : Marcel L'Herbier
Société de production : UTC - Union Technique Cinématographique
Scénariste
: Louis Chavance
Adaptateurs : Marcel L'Herbier ; Louis Chavance ; Maurice Henry
Dialoguiste : Henri Jeanson
Compositeur de la musique : Maurice Thiriet
Directeur de la photographie : Pierre Montazel
Auteur des effets spéciaux : Tournassou
Opérateur : Henri Tiquet
Décorateurs : René Moulaert ; Marcel Magniez
Chefs monteurs : Émilienne Nelissen ; Suzanne Catelain
Ingénieur du son : Maurice Carrouet
Studio : Pathé-Cinéma
Directeur de la production : Hubert Vincent-Bréchignac
Distributeur d'origine : Les Films Dispa - Les Distributeurs Parisiens
Comédiens : Fernand Gravey ; Micheline Presle ; Saturnin Fabre ; Jean Parédès ; Marcel Lévesque ; Christiane Néré ; Bernard Blier ; Michel Vitold ; Roger Caccia ; Paul Frankeur ; Zita Fiore ; Marguerite Ducouret ; Charles Granval

La Nuit fantastique
© V.I.P Entertainement

Résumé : Denis, qui vit avec Nina, travaille la nuit aux Halles et étudie le jour. Il cumule ainsi le manque de sommeil et s'endort fréquemment sur les caisses de légumes. Dans ses rêves apparaît toujours une jeune femme mystérieuse dont il tombe amoureux. Bientôt, Denis songe à la dame blanche même dans la journée : endormi, il poursuit son rêve, éveillé, son rêve le poursuit. Il décide de rompre avec Nina, qu'il délaisse, pour pouvoir suivre la femme de ses rêves. Cette nuit-là, épuisé, il s'est de nouveau assoupi lorsqu'une jeune fille, en le frôlant au passage, le réveille, et Denis reconnaît sa dame blanche. Il la suit, croyant toujours rêver... L'apparition va alors l'entraîner dans un univers fantastique où se mêlent magie, amour et intrigue policière, où le rêve devient réalité : l'inconnue s'appelle Irène ; elle a pour tuteur le professeur Thalès, qu'elle assiste dans un numéro d'illusionnisme. Le magicien a imaginé d'escamoter la jeune femme durant ce numéro pour la priver de son héritage. Durant cette nuit fantastique, le rêveur va sauver sa dame blanche d'un danger bien réel ! Et, au petit matin, un baiser de la belle le ramènera à une réalité... bien agréable !

Observations : Le film a obtenu le grand prix du film d'art et le grand prix de la critique cinématographique 1942.
L'élément consultable aux Archives françaises du film du CNC a subi quelques coupes car il a une durée de 90 minutes.

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

  . Crédits . Contact logo Cinémathèque française