Accueil > Revenants et fantômes
  Revenants et fantômes
 

Le Château hanté

Série : Vues fantasmagoriques
1902 - Noir et blanc - Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 35 m
Durée d'origine : 2 mn

Opérateur : Gaston Velle
Société de production : Lumière
Producteurs : Louis Lumière ; Auguste Lumière

Résumé : Un enchanteur fait apparaître une vieille sorcière et l'envoie chercher une jeune fille à qui il commande d'attirer dans le château un jeune voyageur. A son arrivée, celui-ci se trouve en butte à toutes sortes de surprises désagréables: sièges qui se dérobent sous lui, apparition d'un fantôme qu'il essaye de combattre et qui disparaît, etc. Finalement, le fantôme se transforme en jeune fille. Le jeune homme lui fait la cour mais au moment où il s'approche d'elle, il ne trouve plus qu'un squelette. Furieux, il s'empare d'un bâton pour le frapper et recule surpris en voyant le squelette faire place à l'enchanteur qui le saisit et le fait disparaître dans un tourbillon de fumée.

Observations : Plusieurs plans par montage. Trucage (apparition après collure).

Restauré et numérisé par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

Le Château hanté
© Association frères Lumière

retour au sommaire

Le Pied de mouton

Titre de l'oeuvre adaptée : Le Pied de mouton de Alphonse Martainville et César Ribié
Autre titre : Pie de carnero
1907 - Noir et blanc + teinté + pochoir - Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 300 m
Durée d'origine : 17 mn

Réalisation : Albert Capellani
Société de production
: Pathé Frères
Scénaristes : Albert Capellani ; Michel Carré
Opérateur : Segundo de Chomón
Auteur des effets spéciaux : Segundo de Chomón

 

Le Pied de mouton
© DR

Résumé : Film en 10 tableaux.
Les amours de Gusman et Léonora sont contrariées par le tuteur et le prétendant de la jeune fille. Mais c'est sans compter sur l'intervention d'une fée, qui dote un pied de mouton des pouvoirs qu'ont généralement les baguettes magiques, et qui l'offre au garçon désespéré. Grâce à ce talisman, les deux amoureux parviennent à goûter quelques instants d'idylle, jusqu'à ce que le pied de mouton leur soit volé. Là encore, la fée leur évite une séparation impossible. Le tuteur de la jeune fille se rend finalement compte à quel point le bonheur de sa pupille est tributaire de son amour pour Gusman.

Restauré et numérisé par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

Le Manoir de la peur

Autre titre : L'Homme noir
1924 - Noir et blanc + teinté - Muet
Date de sortie en France : 04/01/1927
Pays de production : France, Maroc
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 1615 m

Réalisation : Alfred Machin
Société de production
: Films Alfred Machin
Scénaristes : Alfred Machin ; Henry Wulschleger
Assistant réalisateur : Henry Wulschleger
Directeur de la photographie : Mario Badouaille
Directeur artistique : François Belli
Distributeur d'origine : Universal Film
Comédiens : Romuald Joubé ; Gabriel de Gravone ; Cinq-Léon ; Lynn Arel ; Georges Térof ; Louis Monfils ; Nemo ; Berton

 

Le Manoir de la peur
© Collection Cinémathèque française

Résumé : Depuis qu'un mystérieux inconnu et son domestique se sont installés dans un manoir des environs d'un village provençal, une vague de crimes s'est abattue sur le pays, semant la terreur dans l'esprit de ses habitants. Seul le jeune Jean Lormeau refuse de céder à la peur ; il finit par percer le mystère, gagnant ainsi la main d'Arlette, la jeune femme dont il est amoureux.

Restauré et numérisé par les Archives françaises du film du CNC
Histoire de la restauration : Restauration photochimique effectuée à partir d'une copie nitrate originale teintée en bleue, rouge, orange et rose.

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

Loïe Fuller

1905 - Noir et blanc + pochoir - Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 30 m
Durée d'origine : 2 mn

Société de production : Pathé Frères
Distributeur d'origine : Pathé Frères
Comédien : Loïe Fuller

Résumé : Une chauve-souris plane au-dessus d'un décor hellène. Elle se pose et se transforme en Loïe Fuller. Celle-ci est vêtue d'une longue tunique de soie. Saisissant sa tunique des deux mains, elle lui imprime des mouvements giratoires et hélicoïdaux. Tout en tournoyant, sa robe change régulièrement de couleurs. A la fin du numéro, totalement enveloppée dans sa robe, elle disparaît progressivement.

Restauré et numérisé par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

Loïe Fuller
© Pathé Production

retour au sommaire

Orphée

Numéro de visa : 9079
1949 - Noir et blanc - Sonore (procédé RCA)
Date de sortie en France : 29/09/1950
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2598 m
Durée d'origine : 95 mn

Réalisation : Jean Cocteau
Société de production : Production André Paulvé
Scénariste
: Jean Cocteau
Compositeur de la musique : Georges Auric
Directeur de la musique : Jacques Métehen
Assistant réalisateur : Claude Pinoteau
Scriptes) : Claude Vériat ; Sylvette Baudrot
Directeur de la photographie : Nicolas Hayer
Opérateur : Noël Martin
Décorateur : Jean D'Eaubonne
Assistant décorateur : Alfred Marpeaux
Créateur de costumes : Marcel Escoffier
Maquilleur : Alex Marcus
Chef monteur : Jacqueline Sadoul
Assistant monteur : Hélène Baste
Ingénieur du son : Pierre-Louis Calvet
Studio : Francoeur
Producteur : André Paulvé
Directeur de la production : Emile Darbon
Distributeur d'origine : Discina
Comédiens : Jean Marais ; François Périer ; Maria Casarès ; Marie Déa ; Henri Crémieux ; Juliette Gréco ; Roger Blin ; Édouard Dermithe ; Maurice Carnège ; René Worms ; Raymond Faure ; Pierre Bertin ; Jacques Varennes ; Jean-Pierre Melville ; Jean-Pierre Mocky ; Jacques Doniol-Valcroze ; Henri San-Juan ; Claude Borelli ; Renée Cosima ; Julien Maffre ; René Lacourt

Orphée
© SNC - Société Nouvelle de Cinématographie

Résumé : Lors de l'accident mortel du jeune poète Cégeste, Orphée rencontre la Princesse, visage humain de la mort. Conduits par Heurtebise, ils sont amenés tous les trois dans une mystérieuse propriété où Orphée voit Cégeste se lever et traverser le miroir, guidé par la Princesse. De retour chez lui avec Heurtebise, intrigué, obsédé par la Princesse, Orphée n'entend pas Eurydice lui annoncer qu'elle est enceinte. La vie n'a plus prise sur lui ; il passe son temps à écouter les messages radiophoniques dits de l'au-delà par Cégeste. Jalouse, la Princesse provoque la mort d'Eurydice et l'emmène dans l'au-delà où elles sont suivies par Orphée aidé d'Heurtebise. Là, les juges suprêmes désapprouvent la Princesse et rendent la vie à Eurydice à condition qu'Orphée ne la regarde plus. Mais leurs regards finissent par se croiser et elle disparaît. Les camarades de Cégeste s'introduisent chez Orphée qu'ils pensent responsable de sa disparition et le tuent dans la bagarre. Par amour pour Orphée, la Princesse défie l'ordre suprême et demande à Heurtebise de remonter le temps. Tandis que dans le monde des morts la Princesse et Heurtebise sont arrêtés, parmi les vivants Orphée et Eurydice s'aiment et semblent avoir tout oublié.

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

Le Repas fantastique

Série : vues fantasmagoriques
1902 - Noir et blanc - Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 43 m
Durée d'origine : 2 mn

Société de production : Lumière
Opérateur : Gaston Velle
Producteurs : Louis Lumière ; Auguste Lumière

 

Le Repas fantastique
© Association frères Lumière

Résumé : Un gentilhomme se fait servir à déjeuner dans une hôtellerie, mais il éprouve toutes sortes de mésaventures; la soupière vient brusquement remplacer son chapeau, puis c'est la propre tête du garçon que celui-ci apporte sur un plat tandis qu'il a, sur ses propres épaules, la tête de veau du menu. Une langouste est changée en un lapin vivant, etc. Furieux, le gentilhomme veut renverser la table mais, à son grand étonnement, la nappe seule se détache, les autres objets restent en place. Il jette alors la nappe en l'air mais celle-ci en tombant, prend la forme d'un fantôme que le gentilhomme veut transpercer de son épée. A ce moment, le fantôme devient une jolie femme qu'il invite à s'asseoir à sa table. A peine est-elle assise qu'un diable noir prend sa place. Le gentilhomme le poursuit et n'arrive qu'à saisir sa queue. Le cuisinier rentre alors, apportant sa note, mais le client, dépourvu d'argent ne trouve rien d'autre à lui offrir en paiement que la queue de diable restée entre ses mains.

Observations : Version à perforations Edison tournée simultanément avec un second cinématographe à perforations Lumière. Inscription "Lumière" dans le décor.

Restauré et numérisé par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

Sylvie et le fantôme

Titre de l'oeuvre adaptée : Sylvie et le fantôme d'Alfred Adam
Autres titres : Sylvia and the Ghost, Sylvia und das Fantom, Sylvie ziet spoken
Numéro de visa : 359
1945 - Noir et blanc - Sonore
Date de sortie en France : 06/02/1946
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2755 m
Durée d'origine : 101 mn

Réalisation : Claude Autant-Lara
Sociétés de production : L'Ecran français ; Production André Paulvé
Scénaristes
: Jean Aurenche ; René Wheeler
Adaptateur : Jean Aurenche
Dialoguiste : Jean Aurenche
Compositeur de la musique : René Cloërec
Assistant réalisateur : Ghislaine Auboin
Directeur de la photographie : Philippe Agostini
Décorateurs : Jacques Krauss ; Lucien Carré
Créateur de costumes : Claude Autant-Lara
Maquilleur : Hagop Arakelian
Chef monteur : Madeleine Gug
Ingénieur du son : Jacques Lebreton
Producteur : André Paulvé
Directeur de la production : Fred Orain
Distributeur d'origine : Discina
Comédiens : Odette Joyeux ; François Périer ; Pierre Larquey ; Claude Marcy ; Jean Desailly ; Paul Demange ; Jacques Tati ; Louis Salou ; Julien Carette

Sylvie et le fantôme
© SNC - Société Nouvelle de Cinématographie

Résumé : Sylvie vit avec son père, un baron ruiné, dans le vieux château ancestral. Depuis sa plus tendre enfance, elle est fascinée par le portrait d'un jeune homme, Alain de Francigny, qui se fit tuer par amour, à vingt ans. Ses rêves ont fait revivre Alain dont le fantôme hante désormais le château. Pour donner un grand bal en l'honneur des seize ans de sa fille, le baron vend le seul bien qu'il possède encore : le portrait. Sylvie, persuadée que le fantôme est parti avec le tableau, est désespérée. Afin de la consoler, son père engage un acteur, Anicet, pour jouer les fantômes pendant la fête. Mais le bal va être hanté par bien des apparitions : Frédéric, le fils de l'antiquaire acquéreur du portrait et amoureux de Sylvie, un prisonnier évadé, Ramure, qui trouve là un refuge idéal sans compter le vrai fantôme, terrorisé par cette invasion. Au cours de la nuit les trois revenants vont se succéder auprès de Sylvie qui croit toujours parler à Alain, mais lorsque celui-ci réussira enfin à se matérialiser, elle lui avouera qu'elle aime Frédéric. Alain mourra une seconde fois. Il quittera définitivement le château pour aller prendre sa place parmi les étoiles d'une belle nuit qui s'achève.

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

L'Album merveilleux

1905 - Noir et blanc + pochoir - Muet
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 80 m
Durée d'origine : 4 mn

Réalisation : Gaston Velle
Société de production : Pathé Frères

Résumé : Un charlatan vend à un riche marquis un album contenant des images vivantes. En tournant les pages, les personnages apparaissent un à un devant lui et l'entourent. Malheureusement, ils disparaissent par enchantement à chaque fois que l'homme tente de les toucher. Furieux, il essaie alors d'attraper le charlatan qui disparaît à son tour avec l'album.

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

L'Album merveilleux
© Pathé Production

retour au sommaire

La Charrette fantôme

Titre de l'oeuvre adaptée : Le Charretier de la mort de Selma Lagerlöf
Numéro de visa : 3115
1939 - Noir et blanc - Sonore (procédé Western-Electric)
Date de sortie en France : 14/02/1940
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2625 m
Durée d'origine : 96 mn

Réalisation : Julien Duvivier
Société de production : Transcontinental Films
Scénariste
: Julien Duvivier
Dialoguiste : Alexandre Arnoux
Compositeur de la musique : Jacques Ibert
Directeur de la musique : G. Derveaux
Assistant(s) réalisateur(s) : Pierre Duvivier
Scripte : Madeleine Lefèvre
Directeur de la photographie : Jules Krüger
Opérateur : Lucien Joulin
Décorateur : Jacques Krauss
Assistant décorateur : André Trébuchet
Maquilleur : Tourjansky
Chef monteur : Jean Feyte
Assistant monteur : L. Bognar
Ingénieur du son : Marcel Courmes
Studio : Studios de Neuilly, Paris Studios Cinéma

Directeur de la production : Jean Lévy-Strauss
Distributeur d'origine : Columbia Pictures Corporation
Comédiens : Pierre Fresnay ; Marie Bell ; Micheline Francey ; Louis Jouvet ; Jean Mercanton ; Ariane Borg ; Robert Le Vigan ; Marie-Hélène Dasté ; Philippe Richard ; Georges Mauloy ; Andrée Méry ; Henri Nassiet ; Valentine Tessier ; Alexandre Rignault ; Jean Joffre ; Marcel Pérès ; Pierre Palau ; Jean Claudio ; Mila Parély ; René Génin

La Charrette fantôme
© SNC - Société Nouvelle de Cinématographie

Résumé : L'Armée du salut ouvre un refuge pour les vagabonds. Une pauvresse se plaint d'entendre sans cesse le bruit d'une carriole. C'est la charrette des morts, explique Georges, et celui qui meurt le dernier le 31 décembre la conduit toute l'année. C'est ce qui arrive à Georges, victime d'une rixe à l'issue de laquelle son camarade, David Holm, se réfugie dans le local de l'Armée du salut. Comme il est le premier à venir, la salutiste Edith l'accueille comme l'envoyé de Dieu. Elle s'attache à lui, essaie de le convertir. En vain, car il s'enfonce dans le désespoir. Au 31 décembre, elle est malade et près de mourir, mais elle l'attend car il a promis de venir. Il s'y refuse et ne viendra dans la charrette fantôme que conduit Georges, qu'après avoir reçu un mauvais coup. Pourtant Edith meurt et David reçoit une prolongation de vie pour expier ses fautes.

retour au sommaire

Survivre

1924 - Noir et blanc + teinté - Muet
Date de sortie en France : 16/03/1966
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 1600 m
Durée d'origine : 88 mn

Réalisation : Edouard Chimot
Société de production : Maxy's Film
Scénariste
: M. Maxy
Directeurs de la photographie : Maurice Forster ; Baton
Décorateur : Drian
Distributeur d'origine : Cosmograph
Comédiens : Justine Johnson ; Sylvio de Pedrelli ; Georges de la Noë ; Simone Guy ; Jeanne Helbling

Résumé : En Indochine, Viviane, une jeune veuve de guerre, rencontre le capitaine Pierre Navières qui lui propose de refaire sa vie avec lui. Or, l'âme du défunt mari se manifeste à travers une fillette en transe qui écrit un mystérieux message à l'intention de Viviane. Celle-ci, effrayée, repousse Navières. Un nouveau message venu de l'au-delà donne enfin la bénédiction à Viviane pour refaire sa vie et fonder un nouveau foyer avec le jeune capitaine.

Observations : Le film est incomplet, le seul élément déposé aux Archives françaises du film est la dernière bobine, soit environ 15' .

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

Survivre
© DR

retour au sommaire

La Redevance du fantôme

Titre de l'oeuvre adaptée : La Redevance du fantôme
1965 - Noir et blanc - Sonore
Date de sortie en France : 17/04/1965
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2564 m
Durée d'origine : 93 mn

Réalisation : Robert Enrico
Société de production : ORTF - Office de Radiodiffusion Télévision Française
Adaptateur
: Jean Gruault
Auteur de l'oeuvre originale : Henry James
Compositeur de la musique : François de Roubaix
Directeur de la photographie : René Mathelin
Créateur de costumes : Yvonne Sassinot
Comédiens : Stéphane Fey ; François Vibert ; Marie Laforêt ; Reine Courtois ; Michael Lonsdale ; Darling Légitimus ; Odette Barrois ; Claudine Maugey

 

La Redevance du fantôme
© INA

Résumé : Au cours d'une promenade dans la campagne, le jeune Fanning, découvre une maison abandonnée. Il rencontre le propriétaire, le capitaine Diamond, qui lui apprend que la maison est hantée par le fantôme de sa fille, décédée à cause de lui. Or le vieux monsieur lui loue la maison et tous les trimestres, il doit aller récupérer le montant du loyer. Le jeune homme lui propose de s'y rendre à sa place. En rencontrant le fantôme, il lui arrache son voile et découvre qu'il s'agit de la fille bien vivante du propriétaire, qui a joué toute cette comédie pour se venger de l'autorité de son père. Mais prise de frayeur, la jeune femme voit à son tour un fantôme qui n'est autre que celui du capitaine...Effectivement, ce dernier vient de décéder...La jeune fille disparaît...Dans un bar de Boston, Fanning croit la reconnaître en la personne de la chanteuse du lieu. Mais il ne parviendra jamais à connaître la vérité....

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

La Main

Titre de l'oeuvre adaptée : La Main d'écorché
1920 - Noir et blanc + teinté - Muet
Date de sortie en France : 06/04/1920
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 475 m
Durée d'origine : 17 mn

Réalisation : Édouard-Emile Violet
Société de production
: Les Films Lucifer
Directeur de la production : Jacques Ollendorff
Distributeur d'origine : Etablissements Louis Aubert
Comédiens : John Warriley ; M. Mangin

 

La Main
© Succession Édouard-Emile Violet

Résumé : Sir John Rowell vit en France dans une maison isolée près d'une petite ville de province. Les voisins, se plaignant de coups de feu répétés, obligent le juge Bermutier à aller rendre visite à l'Anglais. John Rowell lui raconte ses chasses à l'étranger et montre sa collection d'armes à feu. Au milieu des trophées, le juge est attiré par une main décharnée, accrochée au mur, un souvenir d'Amérique. Quelques jours plus tard, les gendarmes découvrent le corps de John Rowell, égorgé dans son salon. Après une longue enquête, sans résultat, au moment de classer l'affaire, le gardien du cimetière trouve la main, sur la tombe de John Rowell, déposée par un vagabond manchot.

Restauré et numérisé par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

La Demoiselle et son revenant

Autres titres : La Demoiselle et son revenant ou Oncle Tisane, L' Oncle Tisane, L' Oncle Tisane ou la demoiselle et son revenant, Une Vie de fantôme
Numéro de visa : 11530
1951 - Noir et blanc - Sonore
Date de sortie en France : 03/09/1952
Format d'origine : 35 mm
Métrage d'origine : 2414 m

Réalisation : Marc Allégret
Société de production : UGC - Union Générale Cinématographique
Scénaristes
: Gaston Bonheur ; Philippe de Rothschild
Dialoguistes : Gaston Bonheur ; Philippe de Rothschild
Adaptateur : Roger Vadim
Compositeurde la musique : Gérard Calvi
Assistants réalisateurs : Marcel Camus ; Pierre Boursaus
Directeur de la photographie : Léonce-Henri Burel
Directeur artistique : Jean Douarinou
Chef monteur : Suzanne de Troeye
Ingénieurs du son : Constantin Evangelou ; Gérard Calvi
Distributeur d'origine : AGDC - Alliance Générale de Distribution Cinématographique
Comédiens : Robert Dhéry ; Annik Morice ; Félix Oudart ; Catherine Fonteney ; Henri Vilbert ; Germaine Grainval ; Jacqueline Huet

La Demoiselle et son revenant
© UGC - Union Générale Cinématographique

Résumé : Jules Petitpas, timide représentant en tisanes, a inventé une liqueur dont il espère suffisamment d'argent pour faire opérer Rosette, une jeune infirme qu'il aime. Il veut parler de cette affaire à son patron, mais il meurt chez lui avant d'avoir pu aborder la question. Monsieur Ledru de Beauminet est contraint de l'enterrer dans son propre caveau. Jules y retrouve toute la famille de Beauminet et deux ans plus tard, apprend par un nouvel arrivant que son patron a réalisé une confortable fortune avec la liqueur, mais a négligé de faire opérer Rosette. Jules obtient une permission pour venir hanter M. de Beauminet, qui reste intraitable. Il faut que toute la famille vienne collectivement le relancer pour qu'il consente à accomplir son devoir. Rosette est opérée et sauvée et Jules s'apprête à rentrer dans son caveau. Mais la porte en est fermée et il reste sur terre, sous forme de chanson.

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

retour au sommaire

  . Crédits . Contact logo Cinémathèque française