> quitter le parcours
  Notices des films restaurés  
 
 
   
 
> présentation du corpus
> voir les notices des films déposés
> voir la liste des films libanais catalogués
 
  Souk Abou-el-Nassahr  
 

France.1897. Noir et blanc. Muet. Format d’origine 35mm. 1 min.
Non-fiction
Numéro de Catalogue : 411

Société de production : Société A. Lumière et ses Fils
Producteurs : Louis Lumière ; Auguste Lumière
Opérateur : Alexandre Promio

Résumé : A Beyrouth, la circulation des piétons dans un marché, le souk Abou-el-Nassahr.

Mots clés : Commerçant; Echoppe; Liban; Marché; Moyen-Orient; Piéton; Rue; Souk; Vie quotidienne;
Thème : Economie

Lieu de tournage : Beyrouth (Liban)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

Souk Abou-el-Nassahr
© Association frères Lumière

 
  Place des Canons  
 

France.1897. Noir et blanc. Muet. Format d’origine 35mm. 1 min.
Non-fiction
Numéro de Catalogue : 410

Société de production : Société A. Lumière et ses Fils
Producteurs : Louis Lumière ; Auguste Lumière
Opérateur : Alexandre Promio

Résumé : Sur la place des Canons à Beyrouth, circulation de piétons et de voitures.

Observations : Vue prise sur la place des Martyrs (le nom de place des Canons est encore usité de nos jours).

Mots clés : Calèche; Moyen-Orient; Piéton; Place; Vie quotidienne; Ville;
Thème : Découverte du monde

Lieu de tournage : Beyrouth (Liban)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

Place des Canons
© Association frères Lumière

 
  Voyage d’Egypte en Palestine  
 

France, 1921. Noir et blanc + Couleur. Procédé couleur Teintage. Muet. Format d'origine 35mm. 18min.
Documentaire

Société de production : Éclair

Voyage d’Egypte en Palestine
Collection CNC

Résumé : I - Essentiellement composés de tombeaux, de temples et de palais situés à l’écart de la vallée du Nil, les vestiges de l’Egypte antique ont bien résisté au temps. Outre les pyramides, on trouve aussi des sépultures à flanc de montagne. Les temples de Thèbes, de Louxor, de Carnac, aux nombreuses statues, les colosses de Memnon, l’allée des Béliers menant au temple d’Ammon, les murailles du palais de Medinet-Abou, les colonnes du temple d’Edfou, les portiques ptolémaïques de Carnac ou le sphinx de Gizeh sont des témoignages imposants de l’architecture égyptienne, dont les principes étaient codifiés. La tige de papyrus fut une source d’inspiration et les hiéroglyphes occupaient colonnes et murs. Le bas-relief était en usage. Certains édifices portent la trace des styles assyrien et grec.
II - Les vestiges des villes de Palestine, et en particulier Jerusalem,  témoignent de la naissance du christianisme et de l’itinéraire de Jésus. A l’arrivée des Hébreux, issus des tribus chaldéennes, a succédé la période des rois d’Israël, dont il reste, dans la ville sainte, le palais du roi David, sur le mont Sion, le tombeau de son fils Absalon, la Porte Dorée et le mur des Lamentations. Le protectorat de Pompée a entraîné la dispersion du peuple juif. La porte de Saint-Etienne, à Jérusalem, rappelle les martyrs de la nouvelle religion. A Bethléem, l’église de la Nativité, le jardin des Oliviers, l’église russe de la Gethsemanie, le mont du Scandale, la vallée du Cédron, le village de Siloé et le prétoire de Ponce Pilate sont des lieux marquants de la vie du Christ. L’arc de l’Ecce Homo, le Golgotha, les ruines de Saint-Pierre en Gallicante et Notre-Dame de France forment les étapes de la via dolorosa traditionnelle.
La vie quotidienne est également très animée dans la vieille ville de Jérusalem, avec ses marchés, sa foule bigarrée, ses vendeurs ambulants. C’est une ville où cohabitent juifs et musulmans comme le montrent ces images d’intérieurs, ces groupes de jeunes filles et de vieux marchands.
Au Liban, dans le port de Saïda, les dockers déchargent des blocs de neige en provenance de la montagne tandis que l’on construit des bateaux sur la plage. Son souk et ses ruelles sont extrêmement vivants et on peut y admirer certains monuments comme les jardins du Khan français (ou caravansérail des Français) et le château Saint-Louis.

Observations : Il s’agit probablement de deux films distincts : Egypte (328 m) et Palestine (611 m) réunis en un programme, d’après les caractères des intertitres différents.

Mots clés : Architecture; Christianisme; Jérusalem; Jésus-Christ; Judaïsme; Juif; Monument; Palestine; Pharaon; Souk; Temple; Tourisme; Vie quotidienne;

Thème : Découverte du monde

Lieux de tournage : Carnac – Edfou – Gizeh – Louxor (Egypte) ; Jérusalem – Bethléem (Israël) ; Beyrouth – Saïda (Liban)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  La Châtelaine du Liban  
 

Titre allemand : Die Schlossherrin vom Libanon
France, 1926. Noir et Blanc + Couleur. Procédé couleur Teintage. Muet. Format d'origine 35mm. 122min.
Fiction. Drame.
Titre de l'oeuvre adaptée : La Châtelaine du Liban
Date de sortie en France : 29/09/1926

Réalisation : Marco de Gastyne
Société de production : Pathé Production

Adaptateur : Marco de Gastyne
Auteur de l'oeuvre originale : Pierre Benoit
Assistant réalisateur : Mario Nalpas
Directeurs de la photographie : Gaston Brun ; Paul Parguel
Décorateurs : Marco de Gastyne ; Guy de Gastyne

Comédiens : Arlette Marchal ; Choura Miléna ; Ivan Petrovich ; Marcel Soarez ; Henri Étiévant ; Nathalie Greuze ; Gaston Modot ; Camille Bert ; Georges Paulais ; Salsani ; Mitchell

Résumé : En convalescence à Beyrouth, le capitaine Domèvre, qui est sur le point d’épouser Michelle, la fille du colonel Hennequin, se voit proposer un poste au service du renseignement. Lors d’une soirée, Domèvre fait la connaissance de la comtesse Orloff qui, restée veuve, vit dans un château et multiplie les aventures sentimentales avec les officiers en poste au Liban. Il devient rapidement son amant et délaisse Michelle, qui tombe malade. Mais de mauvais placements provoquent la ruine de la comtesse Orloff. Pour la sauver, Domèvre accepte de fournir des documents confidentiels à O’Amed Saïd, un Syrien fanatique. Le capitaine, hanté par son acte de trahison, sombre dans une crise de démence et doit être hospitalisé. A sa sortie, il apprend que son ami le capitaine Walter et ses méharistes sont victimes d’une attaque des rebelles dans le désert. Domèvre se porte à leur secours, ce qui lui permet de racheter sa faute. Il retrouvera ensuite Michelle, qui lui a déjà pardonné.

Observations : L’élément déposé aux Archives françaises du film du CNC est incomplet.

Mots clés : Amour; Armée; Désert; Espionnage; Liban; Mandat français; Officier; Trahison;

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  La Croisière sainte  
 

France, 1926. Noir et Blanc + Couleur. Muet. Format d'origine 35mm. 113min.
Documentaire

Réalisation : Abbé Danion
Société de production : Bonne Presse

La Croisière sainte
© Bayard Presse

Résumé : A l’image de ses prédécesseurs, le père Olivier dirige, en 1926, le 66e pèlerinage national en Terre sainte à bord du Lotus. Partis de Marseille, les participants entament un périple qui, du Caire à Athènes, confortera leur foi à la vision des sites témoins de l’expérience terrestre du Christ. Des Musulmans sont du voyage. Le Caire, Thèbes, la vallée des Rois, Louxor et Karnak concentrent les vestiges de l’architecture égyptienne. Ils découvrent les spécificités de la vallée du Nil. Jérusalem, Nazareth, Tibériade sont une récompense à la hauteur de leur attente. Ils y fêtent les Rameaux aux côtés de processions musulmanes. Damas, Baalbeck, Beyrouth, qui s’européanise, illustrent la France d’Orient. Ils s’arrêtent à Mersine, Rhodes, la ville des chevaliers, Smyrne et Ephèse. Stamboul leur réserve entre autres choses une croisière sur le Bosphore. Scutari précède le retour sur Marseille via Athènes et Eleusis.

Mots clés : Archéologie; Architecture; Christianisme; Foi; Islam; Jésus-Christ; Lieu saint; Orient; Pèlerin; Pèlerinage; Religion; Tourisme;

Thème : Découverte du monde

Lieux de tournage : Marseille (France) ; Le Caire – Louxor – Karnak (Egypte) ; Jérusalem – Nazareth – Tibériade (Israël) ; Damas (Syrie) ; Beyrouth – Baalbek (Liban) ; Athènes (Grèce) ; Istanbul (Turquie)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  La Châtelaine du Liban  
 

France, 1934. Noir et Blanc. Sonore. Procédé sonore RCA-Photophone. Format d'origine 35mm. 96 min.
Fiction. Drame

Réalisation : Jean Epstein
Société de production : Vandal et Delac Le Film d’Art
Producteur : Marcel Vandal ; Charles Delac
Distributeur d'origine : Pathé Cinéma

Dialoguiste : Pierre Benoit
Auteur de l'oeuvre originale : Pierre Benoit
Compositeur de la musique : Alexandre Tansman
Directeur de la musique : Maurice Jaubert
Auteur des chansons : Louis Potrat
Assistant réalisateur : Ary Sadoul
Directeurs de la photographie : Armand Thirard ; Joseph Barth ; Christian Matras
Décorateurs : Lucien Aguettand ; Claude Bouxin
Chef monteur : Marthe Bassi
Ingénieur du son : Louis Bogé
Studio : Pathé-Natan

Avec Spinelly ; Jean Murat ; George Grossmith ; Ernest Ferny ; Michèle Verly ; Marguerite Templey ; Gaby Basset ; Georgé ; Georges Prieur ; Acho Chakatouny ; André Marnay ; Decoeur

Résumé : Affecté au bureau des renseignements à Beyrouth, le capitaine Domèvre s’intéresse de près aux activités de la comtesse Orloff, une aventurière. Elle le séduit et Domèvre se détourne de Michelle, la fille d’un officier, qu’il courtisait. Ayant appris que la comtesse était ruinée, Domèvre tente à tout prix de rassembler une importante somme d’argent. Il va trouver le colonel Hobson, agent des renseignements britanniques, avec l’intention de lui fournir de précieuses informations militaires. Conscient d’avoir trahi son pays pour de l’argent, Domèvre perdrait la raison s’il n’était réhabilité par ses supérieurs, qui le réintègrent à son poste, dans le désert.

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieu de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  L’Orient qui vient  
 

France, 1937. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 15 min.
Reportage
Numéro de visa : 1372

Réalisation : René Zuber ; Roger Leenhardt
Société de production : Franfilmdis

Distributeur d'origine : CFDF - Compagnie Française de Distribution de Film
Compositeur de la musique : René Sylviano
Studio : GFFA - Gaumont Franco Film Aubert

L’Orient qui vient
© Blaise Leenhardt

Résumé : En 1936, l’avion nous rapproche de l’Orient. La compagnie Air France dessert les villes côtières du Proche-Orient en survolant le chemin des caravanes. Beyrouth, capitale du Liban, est une ville portuaire moderne. La plaine fertile de la Bekaa produit des figues et du froment. Les monuments de la région témoignent des événements militaires et religieux du passé. Baalbek a conservé des vestiges antiques, Palmyre une nécropole et des ruines de panthéons grecs et romains. Le château fort Sahyoun et le krak des chevaliers sont un témoignage des croisés vers la Terre sainte. Alep, ville sarrasine fortifiée, possède une ancienne dervicherie. Damas, capitale de la Syrie, oasis irriguée par le Barada, a toujours été une ville stratégique. Les souks et les cafés attirent les touristes.

Mots clés : Liban; Orient; Syrie; Tourisme;

Thème : Découverte du monde

Lieux de tournage : Beyrouth – Baalbek (Liban) ; Damas – Alep – Palmyre (Syrie)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Yamilé sous les cèdres  
 

France, 1939. Noir et blanc. Sonore. Fiction. Mélodrame.

Réalisation : Charles d’ Espinay
Société de production : Impérial Film Production
Directeur de la production : Roger Lebon

Scénaristes : Charles d’ Espinay ; Jean Arroy
Dialoguiste : Henry Bordeaux
Auteur de l'oeuvre originale : Henry Bordeaux
Compositeur de la musique : Marius-François Gaillard
Assistant réalisateur : Jean Arroy
Directeur de la photographie : Marc Fossard
Opérateur : Marc Fossard ; Jacques Vandal
Chef monteur : Andrée Danis
Ingénieur du son : Antoine Petitjean

Avec Charles Vanel ; Denise Bosc ; José Noguero ; Jacques Dumesnil ; Eve Francis ; Georges Péclet ; Paul Demange ; Lucas Gridoux ; Georges Mauloy ; Hassan Bey El Mereb ; Ketty Kerviel ; Jenny Burnay ; Jenny Burnay ; Marie Dubuisson ; Georges Douking

Yamilé sous les cèdres
© Editions René Chateau

Résumé : Fiancée malgré elle à un ami d’enfance, Yamilé, jeune chrétienne maronite, tombe amoureuse d’Osman le musulman. Ils se marient et fuient. Mais le fiancé et le frère de Yamilé la retrouvent. Devant le tribunal familial, Yamilé n’a pas un mot de regret et meurt selon la loi cruelle de sa tribu.

Mots clés : Chrétien; Désobéissance; Fiancé; Musulman; Tribu;

Lieu de tournage : Tripoli (Liban)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Soldats de la République  
 

France, 1942. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 8 min.
Film de propagande

Réalisation : Service cinématographique de la France Combattante
Société de production : Service cinématographique de la France Combattante

Auteur du commentaire : Jean Marin
Chef monteur : J. de Cadenet

Soldats de la République
Collection CNC

Résumé : Film rétrospective en hommage aux Forces Françaises Libres combattant aux côtés des alliés depuis le début de la guerre et qui ont remporté de nombreuses victoires sur de nombreux fronts.
Après l’évacuation de la poche de Dunkerque, en juin 1940, et l’appel du 18 Juin, la France libre naît, et lance ses forces de libération sur tous les théâtres d’opérations. Les généraux Koenig et Leclerc, épaulés par un appui aérien, remportent des succès en Afrique, et reprennent les oasis aux Italiens. La mer du Nord et la Manche sont quadrillées par des vedettes rapides, et partout la flotte escorte les convois et traque les sous-marins. Des commandos de marine (Corps Francs) répètent un futur débarquement. Le Liban et la Syrie accueillent à nouveau la France. Le général Legentilhomme est nommé haut-commissaire de Madagascar. 

Mots clés : Alliés; Combat; Commando d’Afrique; FFL - Forces françaises libres; France libre; Gaulle, Charles de; Guerre 1939-1945; Koenig, Marie Pierre; Leclerc de Hauteclocque, Philippe; Marine; Victoire;

Thème : Histoire et politique

Lieux de tournage : Tunisie ; Egypte ; Liban; Madagascar ; Syrie

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Visions d’Orient  
 

France, 1945. Noir et blanc. Sonore. Format d'origine 35mm. 17 min. Documentaire

Réalisation : Charles d’ Espinay
Société de production : Impérial Film Production

Auteur du commentaire : Charles d’ Espinay
Compositeur de la musique : Marius-François Gaillard

Visions d’Orient
© Succession Charles d'Espinay / Collection CNC

Résumé : Une fois par semaine, un vol régulier quitte Marseille pour le Liban et la Syrie. Après avoir survolé l’Italie, la Grèce et Chypre, l’avion atterrit à Tripoli, connu notamment pour sa forteresse et son cimetière. Une escale à Beyrouth permet de découvrir la rue commerçante, le champ de courses, la résidence du haut-commissaire de France, le quartier orthodoxe, la faculté française de médecine, l’Hôtel-Dieu de France et le port. Les cultures du mûrier et de l’olivier sont privilégiées, ainsi que l’élevage des moutons. La principale industrie réside dans la fabrication du ciment. Le cèdre, qui est représenté sur le drapeau national, est fêté au cours de la messe de la Transfiguration, à laquelle assiste le patriarche d’Antioche. A 3000 mètres d’altitude, la présence de neige permet la pratique du ski. La visite se poursuit par la fontaine aux poissons sacrés, le palais de Beiteddine, Baalbek, les ruines des temples, puis la Syrie avec Damas, sa mosquée et son château fort, les ruines de Palmyre, la vallée des tombeaux et un cimetière musulman.

Mots clés : Aviation; Christianisme; Islam; Liban; Ligne aérienne; Protectorat français; Syrie; Tourisme;

Thème : Découverte du monde

Lieux de tournage : Beyrouth – Baalbek – Tripoli (Liban) ; Palmyre – Damas (Syrie)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Le Liban, terre des dieux et des hommes  
 

France, 1954. Couleur. Procédé couleur  Kodachrome. Sonore. Format d'origine 16mm. 13 min.
Documentaire.
Autre titre : Le Liban, terre des hommes et des dieux
Numéro de visa : 13225

Réalisation : Louise Weiss
Société de production : Telouet Films

Auteur du commentaire : Louise Weiss
Compositeur de la musique : Claude André
Conseiller technique : Edouard Dhorme
Directeur de la photographie : Georges Bourdelon
Chefs monteur : G. Alépée ; R. Vernadet

Le Liban, terre des dieux et des hommes
© Ville de Saverne

Résumé : Un voyage au Liban fait découvrir Beyrouth, son port, les différentes universités, les jardins, les édifices des croisés, la résidence d’été des présidents, l’Institut français d’archéologie, le musée du Costume et, à quelques kilomètres, la rivière du Chien, avec ses guinguettes et ses stèles commémorant les étapes de l’histoire du pays. Des vestiges phéniciens et romains caractérisent les sites de Byblos et Baalbek. La vallée d’Afqa, avec ses cascades et ses cèdres à flanc de montagne, est un haut lieu de la mythologie.

Observations : Le film a été tourné en Kodachrome puis tiré en Technicolor.

Mots clés : Liban; Tourisme;

Thème : Découverte du monde

Lieux de tournage : Beyrouth – Afqa – Baalbek (Liban)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
  Bayrout ya Bayrout / Beyrouth ô Beyrouth  
 

France, 1975. Couleur. Sonore.
Fiction
Numéro de visa : 47871

Réalisation : Maroun Bagdadi
Producteur : Maroun Bagdadi

Avec Ezzat El Alaili ; Mireille Maalouf ; Ahmed Al-Zein ; Joseph Abou Nassar ; Philippe Akiki

Bayrout ya Bayrout / Beyrouth ô Beyrouth
© Soraya Baghdadi

Résumé : De décembre 1968, date du raid israélien sur l’aéroport de Beyrouth, à la mort du président Nasser en septembre 1970, nous suivons l’itinéraire idéologique de quatre jeunes Libanais perçu à un moment crucial de l’histoire du Liban.

Mots clés : Jeunesse; Liban; Liban; Guerre civile;

Lieu de tournage : Beyrouth (Liban)

Restauré par les Archives françaises du film du CNC

Lieux de consultation : CNC à la BnF (Paris) ; Bois d'Arcy (Yvelines)

 
 
> présentation du corpus
> voir les notices des films déposés
> voir la liste des films libanais catalogués