retour à l'accueil
un parcours découverte Logo CNC-AFF
Le projet Lumière
 
( 1 2 3 4 5 6 )
           
découverte restauration critique notice extraits crédits
   
 
Finalement, seul le dénouement permet de croire encore en la victoire de l’Ouest, chose inimaginable dans les films plus nostalgiques que Ford tournera à la fin de sa carrière. Ainsi, dans The Man Who Shot Liberty Valance (L’Homme qui tua Liberty Valance), qui fait curieusement écho à Bucking Broadway, le cow-boy interprété par John Wayne brûle la maison qu’il avait bâtie pour Vera Miles et finit dans la solitude et l’anonymat, laissant définitivement l’avantage à l’homme de la ville (James Stewart).

 
A quarante ans d’intervalle, les deux films se répondent. The Man Who Shot Liberty Valance est le miroir lucide et cruel de ce que Bucking Broadway pressentait tout en voulant l'ignorer : le vieil Ouest est mort. A ceci près que le film de 1961 ajoute sans doute cette précision : le western aussi.
The man who shoot Liberty Valance
  John Wayne dans The Man Who Shot Liberty Valance