Retour  l'accueil
  Bologne 2010 Les intrus Le mystère des perforations Une stratégie pathé ? notice détaillée Crédits
       
  Une restauration pour le festival de Bologne 2010  
   
   
C'est à ce titre que les programmateurs du festival de Bologne sollicitèrent les Archives françaises du film pour la restauration de la copie mexicaine de Cléopâtre de Ferdinand Zecca et Henri Andréani (1910) afin de nourrir la programmation du centenaire, la Cinémathèque française ayant fait la restauration du négatif original en 1994. La copie très fragile, n'avait pu être étudiée avec précision aux Archives avant son envoi au laboratoire qui en a assuré la restauration et la restitution des couleurs. C'est ainsi que les spectateurs du festival de Bologne découvrirent une Cléopâtre « augmentée », puisque des 355 m que comprenait l'original les Archives ont présenté une copie, avec intertitres et couleurs certes, mais de 500 m ! Et pour cause. L'il exercé des spécialistes reconnut, entre autres, dans cette nouvelle restauration, un plan appartenant à Sémiramis de Camille de Morlhon, sorti en 1911, où l'héroïne n'est plus incarnée par Madeleine Roch, mais Yvonne Mirval. La copie revenue à Bois d'Arcy, commença une enquête minutieuse qui permit de mettre à jour une pratique de « distribution alternative » tout à fait passionnante.
    Affiche de Sémiramis © coll. Fondation Jérôme Seydoux-Pathé/tous droits réservés
   
Page précédente   Page suivante