FAQ  plan du site  contacts  liens  mentions légales  webmaster
 
Document sans titre
   Recherche simple
  titre
  année
  personnalité générique
titre exact
contient
 
Lancer la recherche
Recherche Avancée
Recherche Thématique
Document sans titre
 Centres de consultation
 Glossaire
 Registre public de la Cinématographie

A l'écran prochainement

Cette rubrique présente tous les films, restaurés par le CNC, projetés dans le cadre de diffusions culturelles.

> Samedi 28 mail 2016 - La Grande Guerre en images au CineClub88 (Vittel, France)
> Mardi 14 juin 2016 - Carte blanche à l’Association Kinétraces à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (Paris)
> Du 16 juin au 25 septembre 2016 - Projection dans le cadre de l’exposition Chorégraphes américains à l’Opéra de Paris (Paris)
   
> Consulter l'ensemble des films qui ont été programmés depuis 2007
   
     
 

Samedi 28 mail 2016 - La Grande Guerre en images au CineClub88 (Vittel, France)


   
Foch
Foch © Succession Emile Buhot

Foch, Emile Buhot, 1936, France

Né à Tarbes en 1851, Ferdinand Foch embrasse la carrière militaire après ses études. Il est général quand éclate la Première Guerre mondiale. Il gagne la bataille de la Marne. En 1916, il est nommé commandant des armées du nord et engage la bataille de la Somme. En 1918, après la capitulation russe et une violente offensive allemande, il réclame et obtient le commandement unifié des forces alliées. Après une contre- offensive victorieuse, il est fait maréchal. Les lignes allemandes sont enfoncées. L’armistice est signé. Après la guerre, Foch se rend en Alsace-Lorraine, puis dans les capitales alliées. Il meurt le 20 mars 1929 et repose aux Invalides, après des funérailles nationales.

Film numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.

 

   
Après 305 jours de guerre, le moral du soldat français au front

Après 305 jours de guerre, le moral du soldat français au front, Collection CNC

Après 305 jours de guerre, le moral du soldat français au front, 1915, France, 20min

Les distractions des soldats revêtent « un caractère de bonne humeur inaltérable ». Dans une vaste cour, des soldats, debout derrière leurs officiers installés sur des fauteuils, applaudissent un chanteur comique accompagné au piano. Plus près du front, chacun vient présenter ses talents : théâtre de Guignol, orchestre improvisé par des lauréats du conservatoire, caricaturiste, prestidigitateur. Ces artistes anonymes croisent parfois des célébrités comme Raimu. « L’ingéniosité et la bonne humeur de nos braves soldats » se manifestent aussi dans de menus travaux : bijoux d’aluminium, jardinets fleuris d’inscriptions telles que « les gars du Nord ». Le courrier, les journaux et les cadeaux des familles sont reçus avec le même « coeur joyeux et le sourire aux lèvres ». Enfin, « le poilu, bon enfant, sait se faire des amis partout », comme en témoigne un marcassin apprivoisé.

La seule copie disponible au CNC est incomplète et ne contient pas la séquence avec Raimu.

Film numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.


  Vittel
   
retour au sommaire  
     
 

Mardi 14 juin 2016 - Carte blanche à l’Association Kinétraces à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (Paris)
A 19h

   
Fait divers
Fait divers © Marie-Ange L'Herbier

Fait divers, de Claude Autant-Lara, 1923, France, avec Paul Barthet, Antonin Artaud & Madame Lara

Une femme et deux messieurs : Monsieur 1 et Monsieur 2 ; la femme sera l'enjeu de leur rivalité. Ce sont d'abord des jeux de mains gantées, qui s'agitent de plus en plus pour aboutir à l'immobilité de celles de M. 2, raide mort. Des pages de calendrier s'égrènent, d'octobre à décembre. M. 1 et la femme font un trajet en calèche. Gros plan de leurs bouches ; ils s'embrassent, en surimpression des roues de locomotive. Elle s'offre à l'homme. Comme un leitmotiv, des images reviennent : l'eau qui s'agite, une ville et un bois en surimpression, une avenue en déséquilibre. Vus du ciel, les trois personnages flânent dans les allées d'un jardin public. Rythme syncopé, succession d'entrées de M. 2 par une porte cochère. Les visages des trois protagonistes se superposent. M. 1 et M. 2 s'étranglent au ralenti. Un dancing, M. 2 danse, sous l'oeil de M. 1. Bas et haut inversés. Ils entrent tous les trois par une porte cochère. Un drame, la mort de M. 2, et la foule, curieuse, qui attend. La ville en déséquilibre apparaît avec, en surimpression, le visage de M. 2.

Film restauré et numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.

   
[Autour de ''La Fin du monde'']
[Autour de "La Fin du monde"], collection CNC

[Autour de "La Fin du monde"], France, 1930, 15 min, avec Sylvia Grenade, Samson Fainsilber, Georges Colin & Antonin Artaud

Une caméra placée sur un praticable virevolte en une série de panoramiques à 360°, impression de vitesse, tourbillon ; plus loin le cadreur, en véritable équilibriste, perché sur un système de poulies et de cordes, obtient des images en plongée et en mouvement. Il s'agit d'un document sur ce qu'a pu être un tournage de l'époque et ses prouesses techniques, et surtout sur les difficultés du passage du muet au parlant. Il y aura une alternance constante entre des plans muets et parlants, avec des essais d'acteurs, des plans non retenus au montage, le travail des techniciens, des figurants et du réalisateur. Le studio de Joinville est aménagé pour les prises de vues sonores, un technicien, Jules Kruger, est enfermé dans une cabine insonorisée et la voix de Sylvia Grenade nous parvient, elle chante "Adios muchachos". Quelques images après elle se querelle dans une chambre avec Samson Fainsilber. Antonin Artaud, le visage déformé et troué par la lumière, vocifère face à une foule en hors champ. Quelques images en extérieur sur la tour Eiffel et, en studio, une maquette d'un amphithéâtre de Lazare Meerson. Dans une salle des dépêches, tous s'agitent pour délivrer des messages TSF. Se sentant condamnés, certains attendent la fin du monde dans une orgie, où l'on aperçoit Georges Colin et Samson Fainsilber.

Monté à partir du tournage de "La Fin du monde" d'Abel Gance, le film réunit des bouts d'essai d'acteurs, des scènes censurées ou coupées au montage.

Film restauré et numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.

  Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
   
retour au sommaire  
     
 

Du 16 juin au 25 septembre 2016 - Projection dans le cadre de l’exposition Chorégraphes américains à l’Opéra de Paris (Paris)


   
[L’Oeuvre du XXème siècle : Arrivée à Paris du New York City Ballet]

[L’Oeuvre du XXème siècle : Arrivée à Paris du New York City Ballet], Collection CNC

[L’Oeuvre du XXème siècle : Arrivée à Paris du New York City Ballet], 1952, France

Dans le cadre du festival "L’Oeuvre du XXe siècle" organisé à Paris par le "Congrès pour la liberté de la culture", arrivée à Paris de la compagnie "New York City Ballet" avec son chorégraphe George Balanchine et la danseuse Maria Tallchief. Nicolas Nabokov président du festival les accueille à l’aéroport. Leur spectacle sera donné le 10 mai à l’Opéra Garnier et les 11 et 15 mai 1952 au théâtre des Champs-Elysées

Film numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.


  Opéra Garnier
   
retour au sommaire