FAQ  plan du site  contacts  liens  mentions légales  webmaster
 
Document sans titre
   Recherche simple
  titre
  année
  personnalité générique
titre exact
contient
 
Lancer la recherche
Recherche Avancée
Recherche Thématique
Document sans titre
 Centres de consultation
 Glossaire
 Registre public de la Cinématographie

A l'écran prochainement

Cette rubrique présente tous les films, restaurés par le CNC, projetés dans le cadre de diffusions culturelles.

> Du 31 mars au 19 avril 2016 - Programme Prévert une jeunesse au cinéma à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (Paris)
> Dimanche 24 avril 2016 - Projections au Film society of Lincoln Center (New York, Etats-Unis)
> Du 26 avril au 21 mai 2016 - Rétrospective Katerina Thomadaki / Maria Klonaris au Jeu de Paume (Paris)
> Du 27 avril au 1er mai 2016 - Autour du 1er mai : Décade 2016 : Y’en aura pour tout le monde (Tulle, France)
   
> Consulter l'ensemble des films qui ont été programmés depuis 2007
   
     
 

Du 31 mars au 19 avril 2016 - Programme Prévert une jeunesse au cinéma à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (Paris)


   
La Folie de Pierrot
La Folie de Pierrot © Pathé Production

La Folie de Pierrot, 1906, France, 3mn

Colombine partie, Pierrot découvre un billet avivant sa jalousie. Tous les objets s'animent, la ramenant à lui : une robe, une glace, un buste. Un tableau lui fait visualiser un rendez-vous avec Arlequin, puis le duel, à l'issue fatale pour lui, qui s'ensuit. Des petits Pierrots consolateurs se transforment en petits Arlequins nargueurs. Il lutte avec un mannequin, dans lequel il voit Arlequin. Le retour de Colombine l'apaise enfin.

Film numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.

Fumée d'ivresse, 1910, France, 2mn

Pierrot, une bouteille à la main, arrive éméché dans un parc. Assoupi sur un banc, il voit une statue quitter son socle et venir danser devant lui. Alors qu'il la rejoint en rêve, elle regagne sa position initiale. Une chute brutale du banc le réveille.

 

   
Sculpteur moderne

Sculpteur moderne, Collection CNC

Sculpteur moderne, Segundo de Chomón, 1908, France, 6mn, avec Julienne Mathieu

Dans un décor théâtral et coloré, Julienne Mathieu présente de petits personnages sous forme de statuettes antiques. Posés sur un socle ou composant un tableau, ces êtres minuscules miment parfois un combat, puis se figent. Viennent les statues d'argile, réalisées par le sculpteur animalier Guyot. Durant ces moments de poésie, les blocs de glaise se transforment et s'animent seuls, comme par magie, pour devenir tour à tour un chapeau entouré de chats joueurs, un godillot habité par des souris, un aigle battant des ailes, un singe fumeur de pipe, un crocodile ou un lion rugissant. Le tour le plus singulier, aujourd'hui encore, est la sculpture animée de cette vieille femme assise sur une chaise qui se lève tout à coup pour se métamorphoser en un être vivant. Après avoir effectué quelques pas, elle est saisie par les mains de Julienne Mathieu et façonnée jusqu'à retrouver sa forme première.

Film numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.


   
Nick Winter et les vols de Primerose

Nick Winter et les vols de Primerose
© Pathé Production

Nick Winter et les vols de Primerose, 1912, France, 12min, avec Georges Vinter

Une jeune femme, habitant seule avec sa fille, son institutrice et une servante, est victime de vols répétés. Désespérée, elle fait appel aux services de Nick Winter, qui lui propose d'enquêter chez elle, déguisé en domestique. Fouillant la maison sur la trace d'un indice, le détective découvre une cachette dans le mur de la cuisine. Nick Winter croit avoir découvert le coupable, la domestique. Mais il se trompe, la voleuse n'est autre que Primerose, l'institutrice, qui commet un nouveau vol. Le détective, qui a découvert un mouchoir lui appartenant sur le lieu du délit, lui tend un piège : il récupère les bijoux, dissimulés dans la cuisine, et les remet à leur place. L'institutrice, découvrant les bijoux là où elle les avait subtilisés, s'empresse d'aller vérifier le contenu de sa cachette, qu'elle trouve vide. Sous les yeux du détective, caché dans une armoire, elle arrache, folle de rage, sa perruque, dévoilant ainsi qu'elle est en fait un homme. Le mystère de ces vols enfin résolu, Nick Winter arrête sans ménagement le malfrat travesti, devant la victime médusée et sa domestique soulagée.

Film numérisé par le CNC et consultable sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.


  Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
   
retour au sommaire  
     
 

Dimanche 24 avril 2016 - Projections au Film society of Lincoln Center (New York, Etats-Unis)


   

La Princesse Mandane, Germaine Dulac, 1928, France

Etienne Pindère, contremaître dans une usine, rêve de gloire et d'aventures. Annette, secrétaire dans la même entreprise, est sa fiancée. Subitement, abandonnant tout, il décide de partir en mission pour la Mingrélie, pays gouverné par la princesse Mandane. Pendant le voyage, il s'endort en attendant ses équipiers. Dans son rêve, devenu riche, élégant et usurpant l'identité d'un ambassadeur, il est introduit auprès de la belle princesse Mandane. La princesse, retenue prisonnière dans son pays, rêve de partir pour Paris. Elle demande à Pindère de l'aider à fuir et de voler les diamants de la couronne. Vivant enfin une aventure, il la mène jusqu'à la frontière. A ce moment, réveillé par ses équipiers, il retrouve avec bonheur Annette qui est venu le rejoindre dans son périple.

 

Olivia, Jacqueline Audry, 1951, France, avec Edwige Feuillère, Simone Simon, Marie-Claire Olivia, Yvonne de Bray

Nouvelle pensionnaire d'une institution française, la jeune Anglaise Olivia trouble Mademoiselle Julie, professeur de littérature qui, elle-même, trouble habituellement toutes ses élèves. Mademoiselle Julie a une soeur, Mademoiselle Clara, qui l'accuse de rendre vicieuses toutes les élèves. Pendant ce temps, la vieille fille, professeur de mathématiques, s'intéresse uniquement à la cuisine et Frau Riesener, professeur d'allemand, intrigue pour prendre la direction de la maison. Le film se termine sur le suicide de Mlle Clara. Julie partira au Canada et Olivia regagnera l'Angleterre.

Films restaurés par le CNC


  Film Society of Lincoln Center
   
retour au sommaire  
     
 

Du 26 avril au 21 mai 2016 - Rétrospective Katerina Thomadaki / Maria Klonaris au Jeu de Paume (Paris)


   

Mardi 26 avril, 19h : film d'ouverture


   
Kha. Les Embaumées
Kha. Les Embaumées
© Maria Klonaris & Katerina Thomadaki

Kha. Les Embaumées, 1980, France, Maria Klonaris, 60min, avec Katerina Thomadaki ; Maria Klonaris ; Mylène Glykou

Le film pivote autour de trois notions :
- Kha : le double éthérique selon les anciens égyptiens, spectre perpétuel en tout point ressemblant au corps physique d’un(e) mort(e).
- Uebertragung : transfert, phénomène par lequel un état affectif éprouvé pour un objet est étendu à un autre, par une association. Identification. Projection. Passage d’un ordre de choses à un autre.
- Embaumer : remplir un cadavre de substances balsamiques, dessicatives et antiseptiques destinées à en assurer la conservation. Remplir d’une odeur suave. Parfumer.
(Maria Klonaris, 1980)

"Ce film a été réalisé juste après "Unheimlich I : Dialogue secret" et en même temps que ’Unheimlich II : Astarti". Il était pensé comme un intermède entre les deux premiers volets du "Cycle de l’Unheimlich". (Katerina Thomadaki, 2014)

Film restauré par le CNC

   

Mardi 3 mai, 19h


   
Unheimlich 1 : Dialogue secret
Unheimlich 1 : Dialogue secret
© Maria Klonaris & Katerina Thomadaki

Unheimlich 1 : Dialogue secret, Maria Klonaris & Katerina Thomadaki, 1979, France, 75mn, avec Elia Akrivou, Maria Klonaris & Katerina Thomadaki

Premier volet d'un triptyque de six heures, Unheimlich I: Dialogue secret constitue la continuation de la réflexion imagée de Klonaris/Thomadaki sur le corps, l'identité et l'inconscient féminins. "Unheimlich", c'est l'inquiétante étrangeté, définie par Sigmund Freud comme ce sentiment qui surgit chaque fois que les limites entre imagination et réalité s'effacent, où ce que nous tenions pour fantastique se donne soudain comme réel, où un symbole prend l'importance et la force de ce qui était symbolisé. Où le refoulé fait son retour, que les artistes mettent en scène et en écran, leur caméra explorant les voies de la théâtralité, de l'artifice : maquillage, masques, gestes, costumes. Dédoublant et redoublant l'image des corps par les miroirs pour mieux mettre à nu l'inconscient, comme l'équivalent symbolique d'une mise à mort. En silence.

Film restauré par le CNC

   

Mardi 10 mai, 19h


   
Chutes. Désert. Syn
Chutes. Désert. Syn
© Maria Klonaris & Katerina Thomadaki

Chutes. Désert. Syn, Katerina Thomadaki, 1985, France, 18mn, avec Syn Guérin

Dans un désert de sable, une femme vêtue de blanc saute, fait des roulés-boulés et chute sur le sol. La caméra est souvent proche du corps, et enregistre les variations dans les plis du tissu des vêtements. Les plans sont très courts, le montage donne un rythme syncopé, accru par la répétition de certains plans et les surimpressions, qui démultiplient le personnage. Tout est fait par l'écriture cinématographique pour développer l'idée du mouvement, ainsi la marche arrière, le ralenti ; et l'utilisation des cadrages obliques donne un surplus de dynamisme et de déséquilibre.

 

 

 


   
Selva : Un portrait de Parvaneh Navaï
Selva : Un portrait de Parvaneh Navaï
© Maria Klonaris & Katerina Thomadaki

Selva : Un portrait de Parvaneh Navaï, Maria Klonaris, 1983, France, 75mn, avec Parvaneh Navaï

Une femme vêtue de rouge dans la forêt. Elle trace un cercle au sol, danse, se regarde dans un miroir, se recouvre de végétation, s'embrase, rêve et vole dans les airs. Tourbillon de lumière, de feuillage et d'eau.

Ces deux films ont été restaurés et numérisés par le CNC. Ils sont consultables sur les postes du CNC à la BnF (Paris) et à Bois d'Arcy (Yvelines) ainsi que sur les postes de l'INA en région.

 

 


  Jeu de Paume
   
retour au sommaire  
     
 

Du 27 avril au 1er mai 2016 - Autour du 1er mai : Décade 2016 : Y’en aura pour tout le monde (Tulle, France)

Vendredi 29 avril, 21h15 - Carte blanche au CNC : Le cinéma se met à table !


   
Repas d’Indiens
Repas d’Indiens
© Association frères Lumière

Films Lumière :

Repas de bébé, Louis Lumière, 1895, France, 1min
Résumé documentaire : A Monplaisir (Lyon), dans le jardin de la maison Lumière, la petite Andrée Lumière prend son repas aidée par ses parents, Auguste et Marguerite.
Résumé du Catalogue des vues pour Cinématographe, 1907 : Un papa fait avaler son déjeuner à un bébé.
Cette vue fait partie du programme de la première séance publique au Grand Café le 28 décembre 1895 à Paris.

Repas d’Indiens, 1896, France, 1min
Résumé documentaire : A Popotla, au pied de l’arbre de la Noche Triste, des Indiens sont assis en cercle entourés par des spectateurs occidentaux. Quelques-uns mangent tandis qu’à leurs côtés une femme évente son enfant. Fernand, le concessionnaire Lumière au Mexique, complice de l’opérateur, lui fait de nombreux signes de la main, jette un objet au milieu du cercle puis se lève pour redresser le chapeau d’un autre homme et maintenir la tête d’une femme en direction de la caméra.
Pas de résumé dans le Catalogue des vues pour Cinématographe, 1907.

Repas annamite, Gabriel Veyre, 1901, France, 1min
Résumé documentaire : Dans une maison, deux Indochinois assis en tailleur mangent avec des baguettes. Un plateau comportant plusieurs coupelles avec de la nourriture est posé entre eux.
Les vues n°s 1268 et 1270 [1141 et 1142] ont été tournées au même endroit.
On ne peut savoir avec précision où la vue a été tournée. Le terme "annamite" présent dans le titre s’appliquait à l’époque à la colonie de Cochinchine et aux deux protectorats d’Annam et du Tonkin. Ces trois régions forment l’actuel Viêt-Nam.

Lumière : Japon : repas sur l’herbe  (N°4100), 1897, France

 

   
Repas d’Indiens
Repas d’Indiens
© Association frères Lumière

Le Repas fantastique, Gaston Velle, 1903, France, 2min
Résumé du Catalogue des vues pour Cinématographe, 1907 : Un gentilhomme se fait servir à déjeuner dans une Hôtellerie, mais il éprouve toutes sortes de mésaventures ; la soupière vient brusquement remplacer son chapeau, puis c’est la propre tête du garçon que celui-ci apporte sur un plat, tandis qu’il a, sur ses propres épaules, la tête de veau du menu ; une langouste est changée en un lapin vivant, etc. Furieux, le gentilhomme veut renverser la table, mais, à son grand étonnement, la nappe seule se détache, les autres objets restent en place ; il jette alors la nappe en l’air ; mais celle-ci, en tombant, prend la forme d’un fantôme que le gentilhomme veut transpercer de son épée. A ce moment, le fantôme devient une jolie femme qu’il invite à s’asseoir à la table ; à peine est-elle assise, qu’un diable noir prend sa place ; le gentilhomme le poursuit et n’arrive qu’à saisir sa queue. Le cuisinier rentre alors, apportant sa note, mais le client dépourvu d’argent ne trouve rien d’autre à lui offrir en paiement que la queue de diable restée entre ses mains.
Les vues n°s 2006 [322], 2007 [323] et 2012 [328] ont été tournées dans le même décor, qui comporte l’_inscription "Lumière".
Il existe deux négatifs de cette vue qui a été tournée simultanément avec deux Cinématographes, un à perforations Lumière et un à perforations Edison.

 

   
Lavez-vous les mains avant chaque repas
Lavez-vous les mains avant chaque repas
Collection CNC

Lavez-vous les mains avant chaque repas, 1918, France, 1min

Il est important de se laver les mains avant chaque repas car elles se salissent en touchant les objets du quotidien. Des empreintes de doigts déposées sur un verre puis observées au microscope, montrent les microbes qui transportent les germes de maladies graves comme la tuberculose. C’est ce qu’explique Eugène, invité chez son ami Claude pour partager le repas familial.

- En 1917, le ministre Léon Bourgeois demande à Jean Comandon de réaliser une série de films pour la campagne de propagande antituberculeuse lancée par la Croix Rouge américaine et la fondation Rockfeller.

   
Une Noce en Bretagne
Une Noce en Bretagne, Collection CNC

Une Noce en Bretagne, 1908, France, 8min

Un mariage traditionnel en Bretagne. Les mariés sortent de l'église, pour rejoindre la table des cadeaux, pendant que les cuisinières préparent le repas. Puis, tout le monde passe à table pour déguster les mets. Les restes sont pour les pauvres. Vient l'heure des danses folkloriques, avec la ridée et la gavotte. Le cortège prend ensuite le chemin du retour.

 

 


   
La Fabrication du chocolat
La Fabrication du chocolat, Collection CNC

La Fabrication du chocolat, Max Dianville, 1924, France, 11min

La grande consommation de chocolat explique l’apparition d’usines où le modernisme a dû composer avec l’hygiène. La Compagnie nantaise des chocolats dévoile les phases de fabrication dans ses ateliers. Nettoyées et triées, les fèves de cacao sont alors torréfiées, concassées, décortiquées, puis dégermées. La pâte broyée donne un cacao liquide. Sucre et épices sont incorporés dans des mélangeurs. Après le conchage, friction veloutante, et un passage en cylindres et boudineuses, c’est le moulage en tablettes. Le paquetage a été automatisé, mais le conditionnement est resté manuel.

Notice intégrée dans le Parcours découverte " Films sur l’industrie ".

suivi de :

L’Auréole d’or : Chocolat en tablette : Une Gymnastique intéressée, Georges Gros, 1920, France


   
Au pays du bien-manger et du bien-boire
Au pays du bien-manger et du bien-boire
© SNCF - Société Nationale des Chemins de Fer

Au pays du bien-manger et du bien-boire, 1935, France, 5min

Dans les années trente, le développement du chemin de fer met à la portée des voyageurs les richesses culinaires des régions françaises. Il garantit, aux citadins, fraîcheur et conservation des fruits et des primeurs. La composition d’un menu dresse au gourmet une carte des spécialités gastronomiques. Les produits du terroir issus de l’élevage, de la culture, de la vigne et de la pêche sont disponibles à tout moment sur l’ensemble du territoire.


  Autour du 1er mai
   
retour au sommaire